Une autre fusillade en Serbie au lendemain de la tuerie dans une école

BELGRADE, Serbie — Au moins huit personnes ont été tuées et 13 blessées jeudi soir par des coups de feu tirés depuis une voiture dans une ville proche de Belgrade, le deuxième massacre de ce type en Serbie en deux jours, a rapporté la télévision d’État.

L’assaillant a utilisé une arme automatique pour tirer au hasard sur des personnes près de la ville de Mladenovac, à environ 50 kilomètres au sud de la capitale, a indiqué RTS tôt vendredi. La police recherchait le suspect de 21 ans, qui a pris la fuite après l’attaque, selon le média.

Aucun autre détail n’était disponible dans l’immédiat et la police n’avait publié aucune déclaration.

Mercredi à Belgrade, un garçon de 13 ans a utilisé les armes de son père lors d’une fusillade dans une école qui a tué huit de ses camarades de classe et un gardien de l’école. L’effusion de sang a envoyé des ondes de choc à travers la nation des Balkans qui n’était pas habituée à de tels meurtres de masse.

Des dizaines d’étudiants serbes, dont beaucoup étaient vêtus de noir et portaient des fleurs, ont rendu jeudi un hommage silencieux à leurs camarades tués la veille.

Bien qu’inondées d’armes laissées par les guerres des années 1990, les fusillades de masse sont encore extrêmement rares – et il s’agissait de la première fusillade dans une école de l’histoire moderne de la Serbie.

La dernière fusillade de masse avant cette semaine remonte à 2013, lorsqu’un ancien combattant a tué 13 personnes dans un village du centre de la Serbie.

Le ministre serbe de l’Intérieur, Bratislav Gasic, a qualifié la fusillade de jeudi «d’acte terroriste», ont rapporté des médias officiels.

Des unités spéciales de police et des hélicoptères ont été envoyés dans la région ainsi que des ambulances, a-t-il indiqué.

Jeudi, les autorités ont décidé de renforcer le contrôle des armes à feu, la police exhortant les citoyens à garder leurs armes dans des endroits verrouillés et à les garder en sécurité, loin des enfants.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.