Une autre journée longue et frustrante à la Chambre des représentants

WASHINGTON — Le siège du président de la Chambre des représentants aux États-Unis est demeuré vide, jeudi, après une troisième journée longue et frustrante d’un processus marqué par la division des républicains. Le républicain Kevin McCarthy a échoué encore et encore dans une série de votes à obtenir les appuis nécessaires au sein de son parti pour saisir le marteau de la Chambre.

La pression montait alors que Kevin McCarthy perdait les septième, huitième puis historiques neuvième, 10e et 11e tours de scrutin pour la présidence de la Chambre, dépassant le nombre établi il y a 100 ans. À la tombée de la nuit, malgré les protestations bruyantes des démocrates, les républicains ont voté pour ajourner la séance et revenir vendredi pour un nouvel essai.

Les partisans et les détracteurs de Kevin McCarthy étant bloqués dans une impasse, la Chambre n’a pas pu s’ouvrir officiellement pour la nouvelle session du Congrès. Et les sentiments d’ennui, de désespoir et d’agacement semblaient de plus en plus évidents.

Un détracteur de Kevin McCarthy, le représentant Matt Gaetz de Floride, a voté pour Donald Trump – un geste symbolique, mais qui illustre les larges divisions sur l’avenir du Parti républicain. Puis il est allé plus loin, en nommant officiellement Donald Trump comme candidat à la présidence de la Chambre au 11e tour de scrutin. L’ancien président des États-Unis a obtenu un vote, celui de M. Gaetz, déclenchant des rires dans la salle.

Alors que la nuit tombait avant le deuxième anniversaire de l’attaque du 6 janvier 2021 contre le Capitole par des partisans de Donald Trump tentant d’annuler l’élection de Joe Biden, les démocrates ont déclaré qu’il était temps de prendre les choses au sérieux.

«Cette sacrée Chambre des représentants a besoin d’un président», a déclaré le démocrate Joe Neguse du Colorado, en nommant le leader de son propre parti, Hakeem Jeffries, pour la présidence.

Kevin McCarthy pouvait être vu en train de prendre part à des conversations chuchotées et animées dans la Chambre. Ses émissaires se sont glissés jusqu’aux récalcitrants, et des négociations exténuantes se sont déroulées dans le bureau du whip du Parti républicain au bout du couloir. Kevin McCarthy est resté déterminé à persuader les républicains de mettre fin au débat paralysant qui a gâché la nouvelle majorité du parti.

La plus longue bataille pour le marteau du président a commencé à la fin de 1855 et s’est prolongée pendant deux mois, avec 133 tours de scrutin, dans un contexte de débats sur l’esclavage à l’approche de la guerre civile.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.