Une chef métisse de l’Est critique une entente avec les Micmacs

HALIFAX — La chef de l’un des plus grands groupes métis de l’est du continent condamne un accord conclu entre l’Assemblée des chefs micmacs de la Nouvelle-Écosse et le Ralliement national des Métis, affirmant que cela crée «un préjudice et une angoisse inutiles».

Karole Dumont, du Conseil du premier peuple métis du Canada, a déclaré que le protocole d’entente conclu entre les deux groupes constituait une «campagne de peur» et une tentative de «soulever les Micmacs contre les Métis» — dont plusieurs partagent souvent les mêmes ancêtres, selon elle.

Mme Dumont affirme que les allégations mettant en doute les revendications des Métis de l’Est sont «trompeuses et non fondées» et donnent à tous les Métis de la Nouvelle-Écosse le même visage négatif.

Dans un protocole d’entente rendu public mercredi, les chefs micmacs et le Ralliement national des Métis ont annoncé qu’ils travailleraient ensemble pour éduquer le public sur ce qu’ils expliquent comme étant les «problèmes légitimes de la nation métisse et des Micmacs».

Ils ont exprimé leur inquiétude face à ce qu’ils ont appelé un nombre croissant de personnes «se présentant de manière erronée» en tant que Métis.

Karole Dumont soutient que l’origine des Métis de l’Est remonte à des centaines d’années. Selon elle, l’accord porte sur la division et non sur l’unité, et constitue «une triste manipulation des peuples autochtones de l’Est du Canada».

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie