Une rencontre fructueuse avec le ministre Sohi, se réjouissent les maires

OTTAWA – Les maires des grandes villes canadiennes sont sortis satisfaits de leur rencontre avec le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités, qui a réaffirmé jeudi son ouverture à revoir la formule de financement des projets d’infrastructure.

Le ministre Amarjeet Sohi, qui a été conseiller municipal à Edmonton pendant huit ans avant de se faire élire sous la bannière libérale, a fait valoir qu’il était bien placé pour mesurer l’ampleur des défis auxquels les villes sont confrontées.

Pour leur donner un peu d’oxygène, le gouvernement est ainsi prêt à revoir l’ancienne formule de financement, qui prévoit un partage égal des coûts des projets d’infrastructures entre le fédéral, les provinces et les municipalités, a assuré le ministre en point de presse.

«Une très petite partie de chaque dollar que les Canadiens paient en impôt se retrouve dans les coffres des administrations municipales, a-t-il souligné. Nous comprenons cette réalité».

Le ministre Sohi n’a pas voulu préciser à quelle hauteur le gouvernement fédéral serait prêt à contribuer dans une formule de financement révisée, ne voulant pas «présupposer de l’issue de la conversation» avec ses partenaires du provincial et du municipal.

Le premier ministre Justin Trudeau a promis en campagne électorale qu’un gouvernement libéral injecterait 60 milliards $ de plus en 10 ans dans des projets d’infrastructures au pays, ce qui fera passer à 125 milliards $ la somme totale des investissements fédéraux dans ce secteur.

En raison des montants en jeu et du fait que cette entente en sera vraisemblablement une à long terme, la formule a donc une importance capitale.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, est d’avis qu’Ottawa devrait éponger 50 pour cent de la facture et laisser les provinces et les municipalités se séparer le reste à parts égales.

«Nous, les municipalités, (avec la formule actuelle), on paie plus qu’eux, parce qu’ils récupèrent les taxes sur la valeur ajoutée», a expliqué le maire.

«C’est injuste, et lui (M. Sohi), il le sait, parce que c’est un ancien conseiller municipal. Ça ne marche pas, et c’est pour ça qu’on veut que le fédéral paie plus», a enchaîné le maire Labeaume.

Son homologue de Montréal, Denis Coderre, n’a pas voulu parler chiffres à sa sortie de la rencontre, préférant mettre l’accent sur l’esprit de collaboration qui a régné tout au long des échanges.

«Ce qui était important aujourd’hui, c’était d’envoyer le message que les municipalités font partie de la solution», a-t-il fait valoir.

«Tout le monde veut vraiment travailler ensemble», a ajouté M. Coderre.

Les élus municipaux qui ont convergé dans la capitale fédérale doivent rencontrer vendredi le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, et le premier ministre Trudeau.

Logements abordables

En début de journée, un regroupement d’organismes a exhorté Ottawa à construire 100 000 nouveaux logements sociaux abordables à travers le pays d’ici cinq ans, chiffrant le coût de l’opération à 1,5 milliard $.

Investir dans ces logements stimulerait la croissance économique à court terme, comme souhaitent le faire les libéraux en déployant le plan d’infrastructure promis en campagne électorale, a souligné le directeur général du Réseau québécois des OSBL d’habitation, Stéphan Corriveau.

Et à plus long terme, cela permettrait d’atteindre des objectifs sociaux comme la lutte à l’itinérance, l’amélioration du sort des Premières Nations et la lutte contre les changements climatiques, a-t-il ajouté.

Le Parti libéral du Canada s’est engagé à investir en logement abordable pendant la campagne électorale, a rappelé le ministre Sohi en fin de journée en marge de sa rencontre avec les maires.

Laisser un commentaire