Une constestation contre le vote au volant rejetée par la Cour suprême du Texas

Des partisans conservateurs tentent de limiter le nombre de façons de voter dans le plus grand État républicain qui demeure aujourd’hui à la portée de Joe Biden.

DALLAS — La Cour suprême du Texas a refusé une contestation républicaine voulant invalider 127 000 bulletins de vote dans des bureaux de vote au volant dans la région de Houston.

Le haut tribunal texan, entièrement républicain, a rejeté la demande d’un représentant d’État et de deux candidats républicains sans expliquer sa décision. Leur tentative pour que les votes du comté de Harris soient refusés sera tout de même évaluée dans une audience d’urgence en Cour fédérale, lundi.

Des militants conservateurs du Texas se sont opposés contre l’accès accru au vote dans le comté de Harris, où 1,4 million de personnes — un sommet — ont déjà voté. Ce comté est le troisième plus grand du pays et sera un endroit pivot au Texas, où le président Donald Trump se prépare pour les élections les plus serrées en plusieurs décennies, mardi.

On s’attend à ce que le juge de cour de district des États-Unis Andrew Hanen prenne la même décision, lundi. Des militants pour l’accès au droit de vote s’étaient inquiétés que M. Hanen décide d’entendre ces arguments à une journée des élections. La Cour suprême du Texas avait aussi rejeté une proposition presque pareille le mois dernier.

Des partisans conservateurs ont tenté de limiter le nombre de façons de voter pendant la pandémie de COVID-19. Ces tentatives n’impliquaient pas l’organisation du président Donald Trump.

Le président a remporté le Texas par neuf points en 2016, mais des sondages ont montré que le plus grand État républicain était toujours à la portée de Joe Biden. Les démocrates n’ont besoin que de neuf sièges pour réclamer la majorité à la Chambre des représentants du Texas pour la première fois en 20 ans. Ils ont été particulièrement énergiques dans certaines courses dans le comté de Harris.

On comptait dix bureaux de vote accessibles au volant dans celui-ci, où près de cinq millions de résidents peuvent y déposer leur vote au lieu d’aller dans un bureau de vote traditionnel. Cet arrangement sert à limiter la propagation du coronavirus. Ancien président du Parti républicain dans le comté de Harris, Jared Woodfill avançait dans sa poursuite que les lois électorales du Texas ne permettent pas explicitement le vote au volant et que seuls les électeurs ayant besoin d’assistance ont le droit de voter de l’extérieur.

La poursuite de M. Woodfill note que tous ces bureaux de vote accessibles au volant ont été installés dans des « régions démocrates du comté », sauf un. Plus de 40 % des résidents du comté de Harris sont latino-américains et environ 20 % sont noirs.

Comptabiliser les votes au volant, selon M. Woodfill, viendrait « remettre en question l’intégrité et la légalité d’une élection fédérale. »

Le mois dernier, après une demande du greffier du comté, Chris Collins, le gouverneur républicain Greg Abbott avait refusé d’affirmer que ces bureaux de vote étaient légaux.

Le Texas est un des cinq États qui ne permettaient pas partout le vote par courrier pendant la pandémie de coronavirus, qui a tué près de 18 000 personnes dans l’État. À la place, M . Abbott avait allongé la période de vote par anticipation d’une semaine, ce qui a permis au Texas de surpasser son total de votes de 2016, et ce, avant le jour des élections.

Plus de 9,7 millions de personnes ont voté par anticipation au Texas, où on compte traditionnellement un des plus bas taux de participation. Certains experts ont prédit que plus de 12 millions de personnes pourraient voter au Texas, et que le comté de Harris a fait plus de démarches que la plupart des autres pour élargir l’accès au vote.

Le comté a triplé son nombre de bureaux de vote et comptait huit endroits qui sont restés ouverts 24 heures au cours de la dernière semaine.

Laisser un commentaire