Une députée libérale dit qu’Ottawa a sous-estimé le désir des Canadiens de voyager

CALGARY — Une députée libérale affirme qu’Ottawa a peut-être sous-estimé le désir des Canadiens de voyager lors de la planification d’un retour à la normale après la fin de la plupart des restrictions liées à la pandémie.

Les compagnies aériennes et les aéroports ont été aux prises avec une augmentation du nombre de clients cet été, une situation aggravée par des pénuries de personnel affectant à la fois les transporteurs et les agences fédérales.

En conséquence, les voyageurs ont été confrontés à de nombreuses annulations de vols, à des retards de bagages et à de longues files d’attente, en particulier à l’aéroport international Pearson de Toronto.

Le mois dernier, en raison d’un problème, l’application ArriveCan a demandé à environ 10 200 voyageurs de se mettre en quarantaine pendant 10 jours lorsqu’ils n’y étaient pas obligés.

Annie Koutrakis, la secrétaire parlementaire du ministre des Transports, a déclaré mardi aux journalistes à Calgary que la planification d’un retour à la normale a été insuffisante.

«Nous avons anticipé. Oui, la planification s’est mise en branle. Ce que nous avons malheureusement sous-estimé, c’est le souhait de tout le monde de voyager et le fait que tout le monde voulait voyager en même temps», a déclaré Mme Koutrakis.

«Les données nous montrent que nous ne nous attendions pas à ce que tout le monde commence à voyager dans la mesure où ils l’ont fait. Ce n’est pas comme si nous attendions et ne prévoyions pas en coulisses d’être prêts pour cela. C’est juste que plus aurait pu être fait», a-t-elle ajouté.

Mme Koutrakis a fait valoir que c’était la première fois que le gouvernement traversait une pandémie comme la COVID-19 et qu’il y avait des leçons à tirer.

Le ministre des Transports, Omar Alghabra, a été questionné sur les retards devant un comité de la Chambre des communes la semaine dernière.

La députée conservatrice Melissa Lantsman lui a demandé si le gouvernement fédéral était responsable et M. Alghabra a répondu qu’il attribuait la situation à la COVID-19. Il a souligné que les pénuries de main-d’œuvre étaient le principal contributeur aux retards.

Mme Koutrakis a soutenu que les données montrent que l’abandon de l’application ArriveCan augmenterait les retards et les goulots d’étranglement et que la suppression de l’obligation du port du masque ne réduirait pas les temps d’attente.

Mme Koutrakis a annoncé près de 2 millions $ pour aider l’aéroport international de Calgary à améliorer les horaires de vol actuels et futurs et les temps de connexion entre les vols, ainsi qu’à établir des couloirs pour permettre la distanciation physique.

Il n’y avait aucun représentant de compagnies aériennes lors de l’annonce. Mais Bob Sartor, président et chef de la direction de l’Autorité aéroportuaire de Calgary, a déclaré que les transporteurs éprouvaient les mêmes problèmes pour embaucher suffisamment de personnel.

«La réalité est qu’ils sont confrontés dans une plus grande mesure aux problèmes auxquels nous sommes confrontés à YYC et c’est le besoin de personnel supplémentaire. Ils ont fait ce que nous avons fait en tant qu’aéroport et ils ont considérablement réduit leur personnel pendant la pandémie», a déclaré M. Sartor.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.