Une députée ne sera pas poursuivie pour avoir identifié une femme morte aux urgences

HALIFAX — Le ministère de la Justice de la Nouvelle-Écosse n’intentera pas de poursuites judiciaires contre une élue provinciale qui a publié en ligne des informations sur une femme décédée à l’hôpital.

La députée indépendante de Cumberland-North, Elizabeth Smith-McCrossin, avait publié sur Facebook un message contenant des informations sur une patiente qui est décédée à l’hôpital après avoir attendu près de sept heures avant de pouvoir consulter un médecin.

Elle avait publié sa missive sous forme de lettre adressée à la ministre de la Santé de la province, Michelle Thompson. Le ministère de la Justice lui avait ensuite suggéré de retirer cette publication, vendredi.

Dans sa lettre, Mme Smith-McCrossin identifiait la femme de 37 ans qui est décédée, Allison Holthoff, et la décrivait comme une épouse et mère de trois enfants. Mme Holthoff est morte au centre régional de soins de santé de Cumberland le 31 décembre.

Dans un courriel lui ayant été acheminé le 6 janvier, le ministère de la Justice l’avait prévenu que le gouvernement envisagerait «toutes les options juridiques à sa disposition» si des renseignements personnels sur la santé d’une citoyenne continuaient d’être publiés en ligne.

Mme Smith-McCrossin avait cependant refusé de supprimer le message en soutenant qu’elle n’avait fait que son travail de députée en défendant une concitoyenne. L’élue a aussi mentionné que le mari de Mme Holthoff, Gunter Holthoff, était venu lui demander de l’aide le 3 janvier, soit trois jours avant la publication de la lettre, qui se trouvait toujours sur la page Facebook de la députée, mardi.

Témoignage

Pendant ce temps, M. Holthoff a raconté son histoire à plusieurs médias et il a fourni des détails précis sur les dernières heures de la vie de sa femme à l’hôpital. Il a mentionné publiquement que sa femme s’est effondrée dans une douleur extrême après s’être plainte de maux d’estomac vers 11 heures, le 31 décembre.

Après avoir été triée par le personnel de l’hôpital, Mme Holthoff a attendu plus de six heures à l’urgence avant d’être emmenée dans une chambre, selon son mari. Une heure supplémentaire s’est écoulée avant qu’elle voie un médecin.

Elle est décédée plus tard dans la journée, après que les médecins ont déterminé que son état s’était détérioré au point où elle ne pouvait plus être aidée. La cause de son décès n’a pas été révélée.

L’autorité sanitaire de la Nouvelle-Écosse enquête actuellement sur ce qui s’est passé à l’hôpital.

Dans une déclaration envoyée par courriel mardi soir, le ministère de la Justice a exprimé sa sympathie à la famille Holthoff et a déclaré qu’il respectait le droit des membres de la législature de défendre les intérêts de leurs électeurs.

Le ministère a précisé que son message à Mme Smith-McCrossin portait sur l’importance de respecter les informations privées sur la santé, ajoutant qu’il n’était pas clair, d’après la lettre publiée par la députée, qu’elle avait reçu la permission de la famille pour partager ces informations.

«Étant donné que la famille a rendu l’information publique, aucune autre action n’est envisagée», a confirmé mardi le ministère de la Justice de la Nouvelle-Écosse.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.