Une distillerie de Terre-Neuve se fait voler de l’eau d’iceberg

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Le vol inusité d’environ 30 000 litres d’eau d’iceberg dans l’entrepôt d’un producteur de vodka de Terre-Neuve laisse les propriétaires perplexes.

Des employés de la distillerie Iceberg Vodka ont découvert lundi matin qu’un des 10 réservoirs d’eau de l’entrepôt de Port Union, à Terre-Neuve-et-Labrador, avait été vidé de son précieux liquide.

La police enquête sur ce vol, dont la valeur est estimée entre 9000 et 12 000 $. Les voleurs ont subtilisé suffisamment d’eau pour remplir un camion-citerne, ce qui équivaut à environ 150 000 bouteilles de vodka Iceberg, a indiqué jeudi le PDG de l’entreprise, David Meyers, depuis son bureau de Toronto.

Les dirigeants se demandent maintenant qui a bien pu voler l’eau d’iceberg — et surtout pourquoi.

L’eau des icebergs est appréciée pour sa grande pureté, mais la cueillette du produit constitue une «entreprise dangereuse et coûteuse», rappelle M. Meyers. Et comme les vendanges, la récolte ne peut se faire qu’une fois l’an. Ainsi, chaque année, à la fin du printemps, et pendant une très courte période, un équipage part au large de l’île de Terre-Neuve en quête d’icebergs de taille idéale.

M. Meyers se console en se disant que le vol s’est produit en hiver, de sorte qu’une partie des pertes pourra être compensée par la prochaine récolte de ce printemps.

D’autres entreprises de la province sont autorisées à récolter de l’eau d’iceberg — pour des cosmétiques, de l’eau en bouteille ou de la bière —, mais elles en utilisent beaucoup moins que la distillerie Iceberg Vodka.