Une éclosion non déclarée dans un foyer pour déficients intellectuels en N.-É.

HALIFAX — Une éclosion de COVID-19 dans un grand établissement qui héberge des déficients intellectuels en Nouvelle-Écosse n’a pas été divulguée au public, le gouvernement invoquant la protection de la vie privée des résidents.

Des documents obtenus par La Presse Canadienne indiquent que quelques jours après Noël, deux employés et un résident du Centre régional de réadaptation Kings, à Waterville, ont contracté la COVID-19.

Le centre, qui héberge 159 résidents, a refusé de commenter, renvoyant l’affaire à la santé publique.

La ministre de la Santé, Michelle Thompson, a déclaré jeudi que contrairement à ce que le gouvernement fait pour les foyers de soins de longue durée, il ne divulgue pas de détails sur les éclosions dans les foyers à but non lucratif financés par l’État.

La ministre a invoqué la vie privée des résidents. Elle ajoute que les familles de ceux qui sont déclarés positifs et les personnes qui sont «directement touchées» par les éclosions sont tenues informées.

Leta Jarvis, qui a un frère au Centre Kings, affirme que tous les proches parents des résidents, mais aussi la population en général devraient être informés de ces éclosions, afin de sensibiliser tout le monde aux risques qui menacent les gens dans ces établissements.

Cyndi Carruthers, directrice du groupe de défense des personnes handicapées «People First Nova Scotia», affirme que des groupes comme le sien devraient être tenus informés, afin qu’ils puissent mieux faire campagne en faveur d’une surveillance et de ressources pour les personnes vivant dans ces établissements.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.