Une employée d’Andrew Cuomo l’accuse de lui avoir fait des attouchements

ALBANY, N.Y. — Une employée du gouverneur de New York, Andrew Cuomo, affirme qu’il lui a fait des attouchements dans la résidence du gouverneur, l’allégation la plus grave à ce jour contre lui.

Le «Times Union of Albany» a écrit que la femme, qui n’a pas été nommée, était seule avec M. Cuomo à la fin de l’année dernière, lorsqu’il a fermé la porte, a mis la main sous sa blouse et l’a caressée. 

Le reportage du journal est basé sur une source non identifiée ayant une connaissance directe de l’accusation de la femme. Le gouverneur l’avait convoquée au manoir d’Albany en disant qu’il avait besoin d’aide avec son téléphone portable, a rapporté le journal.

Par l’entremise d’un porte-parole, M. Cuomo a dit qu’il «n’avait jamais rien fait de tel».

Il a qualifié le reportage de «déchirant», ajoutant qu’il ne parlerait pas des détails de cette allégation ou de toute autre allégation, étant donné une enquête en cours supervisée par la procureure générale de l’État.

Le gouverneur fait face à des allégations de harcèlement de la part de plusieurs autres femmes et de nombreuses personnes, dont certains démocrates, demandent sa démission ou sa destitution. M. Cuomo a répété à plusieurs reprises qu’il ne démissionnerait pas.

«Il a dit ouvertement qu’il ne démissionnerait pas. Et avec de nouvelles allégations qui sont profondément crédibles, nous sommes maintenant dans une position où je pense que nous devrions destituer», a soutenu Jessica González-Rojas, une démocrate de l’Assemblée qui avait auparavant réclamé sa démission.

La femme dont le récit a été rapporté par le «Times Union» a relaté que M. Cuomo l’avait touchée et avait fait des commentaires pour la draguer à plusieurs reprises. Selon le journal, ses allégations ont émergé alors que les membres du personnel de M. Cuomo regardaient la conférence de presse du gouverneur du 3 mars, sa première après une nouvelle série de plaintes pour harcèlement sexuel faites fin février.

Le gouverneur avait nié avoir touché une femme de manière inappropriée. L’employée est ensuite devenue émotive et a raconté son histoire à une superviseure qui l’a questionnée sur ses interactions avec le gouverneur. Lundi, au moins un superviseur a rapporté l’allégation à un avocat du bureau du gouverneur, a rapporté le journal.

Avant l’article de mercredi, M. Cuomo faisait face à des allégations selon lesquelles il aurait fait du lieu de travail un endroit inconfortable pour les jeunes femmes, allant de leur faire la cour à leur donner un baiser non consensuel.

Au moins cinq accusatrices — dont Charlotte Bennett, Lindsey Boylan, Anna Liss et Karen Hinton — ont travaillé pour le gouverneur ou pendant son mandat au cabinet du président Bill Clinton. Une autre, Anna Ruch, a déclaré au «New York Times» qu’elle avait rencontré M. Cuomo lors du mariage d’un ami.

L’avocate de Mme Bennett, Debra Katz, a dit dans un communiqué publié mercredi soir que les dernières allégations sont «étrangement similaires» à la propre histoire de l’ancienne employée.

Mme Bennett, âgée 25 ans, a raconté qu’elle avait été convoquée au Capitole une fin de semaine et laissée seule avec M. Cuomo, qui lui avait demandé de l’aide avec son téléphone portable. Le gouverneur lui aurait alors posé des questions sur sa vie sexuelle et lui aurait demandé si elle serait ouverte à une relation avec un homme plus âgé. 

Andrew Cuomo a nié avoir touché qui que ce soit de manière inappropriée, mais a déclaré qu’il était désolé s’il avait mis quiconque mal à l’aise, que ce n’était pas son intention.

– Par The Associated Press

Laisser un commentaire