Une enseignante du nord du Québec finaliste pour un prix mondial de l’éducation

MONTRÉAL – Une enseignante du Nunavik, dans le nord du Québec, pourrait remporter un prestigieux prix mondial en éducation d’une valeur d’un million de dollars.

Maggie MacDonnell est l’une des dix finalistes du «Global Teacher Prize», une récompense annuelle octroyée annuellement par la Fondation Varkey à un enseignement qui s’est démarqué.

La remise aura lieu à Dubai, le 19 mars.

Mme MacDonnell, originaire de la Nouvelle-Écosse, a été choisie parmi 20 000 candidatures provenant de 179 pays.

La Canadienne enseigne depuis six ans au Nunavik où elle fait la promotion d’un mode de vie sain. Elle a contribué, en partenariat avec la municipalité de Salluit, à l’ouverture d’un centre de conditionnement physique pour les écoles locales et pour les adultes.

Elle a aussi créé un club de course afin de motiver les jeunes et a travaillé pour améliorer la situation difficile des jeunes filles de la région.

Si elle remporte le prix, Mme MacDonnell a dit vouloir créer un organisme sans but lucratif dont les programmes miseraient sur l’environnement et les jeunes du nord du Québec.

Cette année, les autres finalistes viennent de la Chine, de la Jamaïque, du Kenya, du Brésil, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de l’Espagne, de l’Australie et du Pakistan.