Une épicerie gratuite gérée par des élèves pour lutter contre la faim

SANGER, Texas — Les magasins scolaires vendent habituellement des collations, des babioles et des fournitures comme des cahiers, mais celui de l’école secondaire Linda Tutt à Sanger, au Texas, a un inventaire et une clientèle très différents.

À Linda Tutt, on peut trouver de tout: des produits frais, du lait et des œufs, en passant par des pâtes, du beurre d’arachide et des conserves, de même que du détergent à vaisselle et à lessive. Les élèves et le personnel peuvent y faire leurs emplettes, puis le magasin ouvre ses portes à l’ensemble de la communauté tous les mardis.

Et tout est gratuit.

«J’aime voir leurs sourires, voir à quel point ils l’apprécient et savoir qu’ils sont reconnaissants qu’on fasse quelque chose comme ça», affirme Hunter Weertman, un jeune de 16 ans qui remplit les étagères et s’occupe de l’inventaire. Le magasin hébergé dans un local d’art inutilisé est ouvert depuis novembre.

L’initiative a pour objectif de développer les compétences professionnelles des élèves, tout en venant en aide aux jeunes, aux membres du personnel scolaire et aux résidants dans le besoin. Sans compter l’autre mission: montrer aux jeunes l’importance de redonner au suivant au sein de leur communauté.

«J’ai vraiment vu les élèves tirer de la fierté de leur travail dans le magasin, observe le directeur de l’école, Anthony Love. Ils sont excités de venir à l’école. Ils sont excités de prêter main-forte à l’épicerie et d’être impliqués.»

Les résidants qui y font leurs courses se voient attribuer un certain nombre de points: plus leur famille est nombreuse, plus ils reçoivent de points et plus grand est leur pouvoir d’«achat». À l’heure actuelle, il n’y a pas de magasinage en personne en raison de la pandémie. Les clients remplissent plutôt une liste et les élèves apportent leur commande à leur voiture. 

Environ 130 familles ont pu profiter du magasin jusqu’à maintenant, indique M. Love.

Chaque semaine, les employés préparent des denrées pour les élèves admissibles au programme de «Sac à dos du vendredi» parce que la nourriture ferait sinon défaut chez eux au cours du week-end.

En plus des points décernés par famille, les élèves peuvent gagner des points supplémentaires grâce à leur travail dans le magasin ou d’autres tâches accomplies à l’école comme le jardinage, le mentorat d’élèves du primaire et l’aide fournie à la cafétéria. Ils peuvent recevoir encore plus de points grâce à de bonnes performances en classe et leur gentillesse envers les autres.

La ville de quelque 8000 habitants située au nord-ouest de Dallas connaît bien la pauvreté: plus de 43% des élèves du district sont considérés comme économiquement défavorisés. Le secteur doit également composer avec la crise de la COVID-19. L’ouverture du magasin a d’ailleurs été retardée d’un mois après que M. Love eut été infecté et hospitalisé.

L’idée du magasin est venue de Paul Juarez, le directeur général de First Refuge Ministries, un organisme à but non lucratif qui finance le projet grâce à une subvention du groupe médical confessionnel Texas Health Resources. M. Juarez, qui travaillait comme commis d’épicerie à l’âge de 16 ans avant de gravir les échelons jusqu’à la direction, dit qu’il reçoit maintenant des appels venant d’écoles situées partout à travers les États-Unis.

 «J’ai discuté avec plein de gens, allant du Delaware à New York, en passant par le New Jersey et la Floride, jusqu’à Juneau, en Alaska», illustre-t-il. J’ai probablement parlé à environ 50 ou 60 personnes qui veulent vraiment faire ça dans leur district scolaire.»

Aux yeux de Hunter Weertman, le magasin permet notamment d’illustrer «ce qui a pu venir de bon de la pandémie».

Le garçon, qui est autiste, était battu par d’autres élèves à son ancienne école, raconte sa mère, Sila Carr, et son travail au magasin l’a aidé à reprendre confiance en lui-même.

«Il a appris que la gentillesse est payante, souligne-t-elle. L’école l’a fait sortir de sa coquille pour qu’il soit plus ouvert.»

– Par Luis Andres Henao, The Associated Press

Laisser un commentaire