Une étude met en garde contre les dangers de la saumure

BERLIN — Une nouvelle étude à laquelle ont participé des chercheurs canadiens met en garde contre la saumure produite par les usines de dessalement du monde.

L’étude dévoilée lundi indique que ces usines produisent 142 millions de mètres cubes de saumure chaque jour, soit environ la moitié plus que ce qu’on estimait précédemment.

Les chercheurs canadiens, néerlandais et sud-coréens affirment qu’on produit suffisamment de saumure pour recouvrir la Floride sous 30 centimètres de la substance chaque année.

Les auteurs réclament une meilleure gestion de la saumure, qui est souvent tout simplement rejetée dans l’océan et qui est parfois contaminée par des produits chimiques toxiques, ce qui nuit à la faune marine.

Le directeur adjoint de l’Institut pour l’eau, l’environnement et la santé, une agence onusienne installée au Canada, précise que le problème est particulièrement criant dans les pays qui dépendent largement du dessalement pour leur eau potable, comme l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Koweït et le Qatar.

Manzoor Qadir a ajouté que les changements climatiques compliquent la situation en rendant la disponibilité de l’eau douce moins prévisible dans certaines régions, par exemple en modifiant la quantité de neige qui tombera et fondra au printemps.

Les auteurs ont examiné 16 000 usines de dessalement à travers le monde.