Une étude montre un taux élevé d’accidents de travail chez les immigrants à Montréal

MONTRÉAL — Selon une nouvelle étude de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST), jusqu’à 80% des personnes blessées au travail à Montréal et nécessitant une réadaptation sont des immigrants.

Jessica Dubé, chercheuse à l’IRSST, a déclaré que la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) de la province rapporte que la majorité de ses cas impliquent des immigrants – par rapport à il y a dix ans, lorsque la majorité concernait des travailleurs québécois.

«Nous avons parlé avec des employés de la commission de la santé et de la sécurité au travail, des travailleurs immigrants blessés, des conseillers en réadaptation, des employeurs et des médecins», a indiqué Mme Dubé en entrevue mardi.

«Nous voulions comprendre les différents enjeux du processus de réadaptation professionnelle des travailleurs immigrés.»

Elle a déclaré que l’augmentation des blessures impliquant des immigrants peut s’expliquer en partie par l’augmentation de la population immigrante à Montréal et par les secteurs dans lesquels ils choisissent de travailler – ou sont poussés à travailler.

Mme Dubé explique que de nombreux immigrants font face à des obstacles sur le marché du travail, tels que la non-reconnaissance de leurs diplômes et accréditations par les ordres professionnels québécois. Ces difficultés poussent parfois les immigrants à accepter des emplois pour lesquels ils n’ont pas les compétences ou la formation adéquates, ce qui, selon elle, augmente le risque de blessure.

L’étude montre que certaines industries qui entraînent de nombreuses blessures – et qui incluent un pourcentage élevé d’immigrants – comprennent l’agriculture, la fabrication ainsi que les services sociaux et de santé, qui ont tendance à impliquer de longues heures, un travail épuisant et un travail manuel.

«Ces emplois comportent plus de risques de blessures, car ils sont très manuels et répétitifs», a précisé la chercheuse. 

De plus, les immigrants ne savent peut-être pas qu’ils peuvent signaler des blessures et éventuellement être indemnisés, a avancé Mme Dubé.

«Dans certains cas, ils attendront avant de déclarer la blessure, ou ils ne la déclareront pas du tout, et dans d’autres cas, ils attendront que la blessure s’aggrave ou devienne chronique avant de déclarer la blessure, ce qui peut expliquer dans une certaine mesure pourquoi nous retrouvons tant de travailleurs immigrés en réadaptation», a-t-elle expliqué.

Le chercheur ajoute que certains travailleurs ne déclareront pas leurs blessures par crainte de représailles et de congédiement.

Mme Dubé a qualifié les résultats de l’étude «d’inquiétants» et a indiqué que l’un des objectifs est de sensibiliser à la situation.

«Nous espérons également qu’elle apportera des changements aux politiques liées à la santé et à la sécurité au travail. Et éventuellement de nouvelles stratégies d’intervention qui aideront les médecins et les employeurs à faciliter le processus de retour au travail des travailleurs.»

L’étude est en cours et les résultats complets ne seront présentés qu’en juin.

Cette dépêche a été rédigée avec l’aide financière des Bourses de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.