Une étude sur le lait au chocolat avait des problèmes importants

NEW YORK, États-Unis – L’Université du Maryland a admis vendredi qu’une étude qui vantait la capacité du lait au chocolat à améliorer les fonctions cognitives de jeunes joueurs de football présentait des défaillances importantes.

L’université s’est empressée de retirer de son site internet le communiqué publié en lien avec cette étude. Elle a aussi promis de réviser en profondeur ses procédures internes.

L’étude portait sur le lait au chocolat de la compagnie Fifth Quarter Fresh, qui prétend que son lait provient de vaches «super, naturelles» et qu’il contient davantage de protéines, d’électrolytes, de calcium et de glucides.

L’université avait lancé une enquête interne en décembre après avoir été vertement critiquée pour un communiqué qui, selon ses détracteurs, illustrait parfaitement les conflits d’intérêt qui peuvent survenir quand des entreprises financent des études sur leurs produits.

Elle a dit que la deuxième phase de l’étude comportait trop de variables incontrôlables pour pouvoir accoucher de résultats fiables. Cela est d’autant plus troublant, a-t-elle dit, que des étudiants ont été utilisés comme sujets.

Un autre communiqué diffusé en juillet affirmait que le lait au chocolat de Fifth Quarter surpassait les produits rivaux au chapitre de la régénération et de la récupération après l’entraînement physique.