Une ex-députée dit avoir vécu de la discrimination par la sécurité parlementaire

OTTAWA — Une ancienne députée qui dit avoir récemment été victime de profilage racial par la sécurité parlementaire appelle le service à lutter contre le racisme dans ses rangs.

Celina Caesar-Chavannes a déclaré avoir été interrogée par les membres du Service de protection parlementaire en juin alors qu’elle tentait d’accéder à l’enceinte en portant son épinglette parlementaire.

L’épinglette, portée par les députés actuels et anciens, est destinée à permettre au porteur d’accéder à n’importe quel bâtiment de l’enceinte parlementaire sans que leurs sacs et leur personne soient fouillés, a-t-elle déclaré. Mais elle a dit que les services de sécurité lui avaient demandé où elle avait obtenu la broche et avaient quand même essayé de faire une fouille.

Mme Caesar-Chavannes a été élue députée libérale en 2015 pour la circonscription de Whitby, en Ontario, mais a quitté le caucus en mars 2019 et a siégé en tant que députée indépendante jusqu’aux élections de l’automne suivant.

Mme Caesar-Chavannes a déclaré qu’après qu’elle eut été interrogée, l’ancienne députée néo-démocrate Peggy Nash a de son côté pu franchir la sécurité sans incident.

«Peggy a quitté la politique bien avant moi, a souligné Mme Caesar-Chavannes. Personne ne s’attend à ce qu’ils nous reconnaissent, mais la broche est universelle. La sécurité sait ce que c’est.»

Mme Nash a été députée de la circonscription de Parkdale-High Park à Toronto de 2006 à 2008 et a retrouvé son siège de 2011 à 2015.

Bien qu’elle n’ait pas vu la première partie de la rencontre, Mme Nash a confirmé qu’elle était arrivée à l’entrée du bâtiment du Sénat avec sa propre épinglette et que la sécurité lui avait fait signe de passer.

Mme Nash a rappelé que Mme Chavannes-Caesar avait dit à l’époque que lorsque la sécurité lui avait demandé où elle avait acheté son épinglette, «c’était comme s’ils ne croyaient pas qu’elle pouvait légitimement être en possession d’une épinglette parlementaire».

Ce n’est pas la première fois que le service de sécurité est interpellé pour profilage racial sur la Colline.

En 2019, le service s’est excusé après un incident lors d’un événement de lobbying appelé Black Voices on the Hill, où plusieurs jeunes participants ont déclaré avoir été qualifiés de «personnes à la peau foncée» et invités à quitter une cafétéria parlementaire par un agent de sécurité.

Dans son discours d’adieu en 2021, Mumilaaq Qaqqaq, qui a été députée néo-démocrate du Nunavut, a déclaré qu’elle ne se sentait pas en sécurité sur la Colline. Elle a décrit avoir été pourchassée dans les couloirs et soumise à du profilage racial par des membres du Service de protection parlementaire.

«Chaque fois que je marche sur le terrain de la Chambre des communes, que je parle dans ces chambres, on me rappelle à chaque étape que je ne suis pas à ma place ici», a confié Mme Qaqqaq.

En réponse à un message publié sur Twitter par Mme Caesar-Chavannes le jour de l’incident, l’ancienne députée néo-démocrate Laurin Liu a déclaré : «Ce profilage racial et sexiste quotidien lorsque j’étais sur la colline du Parlement il y a dix ans m’a fait redouter de me présenter au travail.»

Le député néo-démocrate Matthew Green, qui est membre du Caucus des parlementaires noirs, a déclaré que le groupe avait également entendu parler d’autres incidents.

«Nous devons travailler avec la haute direction pour nous assurer qu’il y a une formation adéquate pour tous les membres du personnel», a déclaré M. Green, notant qu’il est en discussion avec les membres du caucus pour s’assurer que ce type de situation ne se reproduise plus.

Mme Caesar-Chavannes a indiqué que Larry Brookson, directeur par intérim du Service de protection parlementaire, a réagi rapidement à l’incident et s’est excusé. Mais elle pense qu’il faudrait en faire plus et a déclaré que des excuses sans action ne signifiaient rien.

Mme Nash se souvient que Mme Caesar-Chavannes a demandé à M. Brookson quelles mesures le service prendrait.

«Cela ne semblait pas avoir été complètement réfléchi, mais il y avait un engagement à travailler avec elle pour aller de l’avant et s’assurer que le personnel était correctement formé», a dit Mme Nash.

Mme Caesar-Chavannes a indiqué que M. Brookson l’avait invitée à rencontrer leur spécialiste de la diversité, de l’équité et de l’inclusion, mais qu’il y avait un retard d’environ cinq semaines dans la planification de la réunion. Au cours de cette réunion, elle a exigé des comptes et des mesures claires pour éviter que des situations similaires ne se reproduisent.

La conversation s’est essoufflée depuis lors, a-t-elle remarqué.

«En position de pouvoir et d’autorité (…), vous avez la possibilité de prendre des décisions sur ce qui se passera ensuite pour les personnes dans cet espace», a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle plaidait au nom de ceux qui sont soumis au même type de traitement et ont moins le privilège de s’exprimer.

«Je pense qu’ils seraient avisés de prendre cela au sérieux, car nous sommes en 2022 et ce genre de mauvais traitements flagrants ne devrait pas avoir lieu ici», a déclaré Mme Nash.

«Tant qu’il y aura des stéréotypes persistants, et tant que les gens rejetteront les plaintes sur les sentiments meurtris de quelqu’un, les parlements vraiment représentatifs ne pourront pas prendre toute leur place, et c’est tout simplement antidémocratique.»

Interrogé sur l’incident, le Service de protection parlementaire a déclaré qu’il suivait «un processus d’évaluation et de renforcement des capacités».

«Nous restons déterminés à nous améliorer continuellement, à favoriser des échanges authentiques et à recevoir des commentaires constructifs», a dit jeudi le service, ajoutant que sa priorité absolue était la sécurité et le bien-être des employés et des visiteurs de la Colline.

«Nous devons faire mieux», a déclaré Mme Caesar-Chavannes.

Cette dépêche a été rédigée avec l’aide financière des Bourses de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.