Une ex-directrice financière du Cégep Édouard-Montpetit accusée de fraude

MONTRÉAL – L’ancienne directrice des finances du Collège Édouard-Montpetit, à Longueuil, a été accusée mercredi de plusieurs infractions criminelles en raison d’un présumé stratagème de détournement de fonds publics, a fait savoir l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

Stéphanie Paquette a été formellement accusée, mercredi matin, au palais de justice de Longueuil, de fraude, d’abus de confiance, de méfait et d’emploi d’un document contrefait.

Entre novembre 2012 et octobre 2014, la femme aurait mis sur pied, avec un complice, un présumé système frauduleux impliquant diverses tractations bancaires leur permettant de détourner des fonds publics du collège dans un dessein personnel, indique l’UPAC dans un communiqué.

En juin 2015, Mme Paquette a démissionné de son poste au cégep.

Son présumé complice Dino Marcoux a aussi été accusé de recel et de complot dans le cadre de cette enquête. Il a également comparu mercredi matin au palais de justice de Longueuil.

Les accusations contre eux ont été déposées au terme d’une enquête criminelle menée par l’UPAC. L’investigation de la force policière avait débuté en juin 2015.

À ce moment, après avoir été informé par l’UPAC d’une allégation de fraude concernant la cadre de son établissement, la direction du Cégep Édouard-Montpetit avait immédiatement mandaté un juricomptable de la firme Raymond Chabot Grant Thorton (RCGT) afin de vérifier l’allégation. Après analyse, la firme avait confirmé qu’il y avait effectivement eu fraude au cégep, mais pas de collusion, indiquait l’institution d’enseignement dans un communiqué daté de janvier 2016. Elle disait avoir mis en place depuis la majorité des correctifs suggérés.