Une famille d’origine colombienne de Sherbrooke a été expulsée en Espagne

SHERBROOKE, Qc — La famille d’origine colombienne qui était installée à Sherbrooke depuis près de cinq ans a été expulsée du Canada mercredi, comme prévu, sa demande d’asile ayant été refusée par les autorités fédérales.

Normando Charris et son épouse Carolina Batalla avaient épuisé tous leurs recours pour pouvoir rester au Québec avec leurs trois enfants, dont un qui est né au Canada.

La famille originaire de la Colombie a été renvoyée en Espagne, le dernier pays où elle a séjourné avant son arrivée au Canada.

M. Charris avait quitté son emploi il y a quelques jours tandis que Mme Batalla avait fermé la garderie qu’elle dirigeait. Les deux enfants d’âge scolaire ont fait leurs adieux à leurs camarades de classe.

Avant de monter dans l’avion, Normando Charris a déclaré qu’il se considérait Canadien, Québécois et Sherbrookois, mais qu’il ne possédait pas les documents pour que ces appartenances soient officielles. Quant à son épouse, Carolina Batalla, elle a affirmé que tous les membres de la famille avaient le coeur brisé et qu’ils laissaient leur vie à Sherbrooke. 

Une page Facebook dédiée à la volonté de la famille de rester à Sherbrooke avait été ouverte. Des sympathisants ont d’ailleurs accompagné la famille jusqu’à ses derniers moments au Canada.

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, a fait part de sa vive déception. En entrevue au journal La Tribune, il a dit comprendre l’importance du respect des règles et des lois, mais il a souligné qu’il y avait aussi le gros bon sens. Il a rappelé que ces gens-là se sont bien intégrés, que les deux adultes travaillaient et que les enfants allaient bien à l’école.

Le maire Lussier a signalé qu’il participe à des missions à l’étranger pour accueillir des entreprises et attirer des travailleurs pour les besoins de main-d’œuvre. 

 

Les plus populaires