Une frappe russe contre une installation électrique près de Kiev

KIEV — Un missile a gravement endommagé une installation énergétique clé dans la région de la capitale ukrainienne, a déclaré samedi l’opérateur du système électrique du pays alors que l’armée russe s’efforçait de couper l’eau et l’électricité dans les zones peuplées.

Le gouverneur de la région de Kiev, Oleksiy Kuleba, a indiqué que la frappe n’avait fait aucun mort ni blessé.

La société de distribution d’électricité Ukrenergo a affirmé que des équipes de réparation étaient à pied d’œuvre pour rétablir le courant, mais a prévenu les habitants d’éventuelles pannes.

Le chef adjoint du bureau du président ukrainien, Kyrylo Timochenko, a exhorté les habitants de la région de Kiev et ceux de trois régions voisines à réduire leur consommation d’énergie pendant les heures de pointe du soir.

Après l’explosion d’un camion piégé il y a une semaine, qui a endommagé le pont qui relie la Russie à la péninsule de la Crimée annexée, le Kremlin a lancé ce que l’on pense être ses plus grandes attaques de missiles coordonnées depuis l’invasion initiale de l’Ukraine.

Les attaques de représailles de grande envergure de cette semaine ont touché des immeubles résidentiels, tuant des dizaines de personnes, ainsi que des infrastructures civiles telles que des centrales électriques près de Kiev et d’autres villes éloignées des lignes de front de la guerre.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré vendredi que Moscou ne voyait pas la nécessité de frappes massives supplémentaires, mais que son armée poursuivrait ses frappes sélectives. Il a évoqué que sur 29 cibles que l’armée russe prévoyait éliminer lors des attaques de cette semaine, sept n’ont pas été endommagées et seraient éliminées progressivement.

L’Institut pour l’étude de la guerre, un groupe de réflexion basé à Washington, a interprété les propos du président Poutine comme destinés à contrer les critiques des blogueurs russes pro-guerre qui «ont largement salué la reprise des frappes contre les villes ukrainiennes, mais ont averti qu’une courte campagne serait inefficace.»

«Poutine savait qu’il ne serait pas en mesure de soutenir des frappes à haute intensité pendant longtemps en raison d’un arsenal décroissant de missiles de haute précision», a exposé le groupe de réflexion.

Les régions du sud de l’Ukraine que le Vladimir Poutine a illégalement désignées comme territoire russe le mois dernier sont restées au centre des combats samedi.

Kirill Stremousov, chef adjoint de l’administration de Moscou installée dans la région de Kherson, principalement occupée par la Russie, a rappelé aux habitants qu’ils pourraient évacuer vers la Crimée et les villes du sud-ouest de la Russie alors que les forces ukrainiennes tentent de se frayer un chemin vers la capitale régionale.

Moscou a offert un hébergement gratuit aux résidents qui ont accepté de partir, après les demandes d’évacuation de dirigeants de la région inquiets. Soutenus par le Kremlin, ils ont demandé jeudi aux civils d’évacuer pour assurer leur sécurité et donner plus de maniabilité aux troupes russes.

Les troupes ukrainiennes ont tenté d’avancer vers le sud le long des rives du Dniepr, mais ont gagné du terrain, selon M. Stremousov.

«Les lignes de défense ont fonctionné et la situation est restée sous le contrôle total de l’armée russe», a-t-il écrit sur sa chaîne d’application de messagerie.

Dans la région voisine de Zaporizhzhia, le gouverneur Oleksandr Starukh a déclaré que l’armée russe avait mené des frappes avec des drones kamikazes de fabrication iranienne et des missiles S-300. Certains experts ont avancé que l’utilisation par l’armée russe des missiles à longue portée pourrait refléter une pénurie d’armes de précision dédiées pour atteindre des cibles au sol.

Au nord et à l’est de Kherson, des bombardements russes ont tué deux civils dans la région de Dnipropetrovsk, selon le gouverneur Valentyn Resnichenko. Il a mentionné que le bombardement de la ville de Nikopol, située de l’autre côté du Dniepr depuis la centrale nucléaire de Zaporizhzhia occupée par la Russie, a endommagé une dizaine de bâtiments résidentiels, plusieurs magasins et une installation de transport.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.