Une infirmière surprise par les lésions subies par celle qui accuse des marins

HALIFAX — Une infirmière qui a examiné une jeune femme de Halifax après qu’elle eut possiblement été agressée sexuellement par des marins britanniques s’est dite surprise par certaines de ses blessures, décrivant son cas comme l’un des plus «importants» qu’elle ait traité.

Paula Nickerson, qui travaillait comme infirmière en matière d’agression sexuelle dans la caserne d’une base militaire de la région de Halifax au moment du présumé incident, en avril 2015, a déclaré avoir constaté plusieurs ecchymoses et lésions sur le corps de la femme.

L’infirmière a témoigné devant la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse que l’état des organes génitaux de la plaignante l’avait surprise, car il ne s’agissait pas de blessures qu’elle avait souvent constatées auparavant chez des plaignantes pour agression sexuelle.

Mme Nickerson dit que la variété et le nombre de lésions sur les parties génitales de la femme en font l’un des cas les plus «importants» de sa carrière de huit ans en tant qu’infirmière spécialisée dans les agressions sexuelles.

Elle a ajouté que certaines blessures concordaient avec une activité sexuelle non consentie, mais a admis, lors du contre-interrogatoire, qu’il existait d’autres causes possibles.

Darren Smalley est accusé d’agression sexuelle causant des lésions corporelles et d’avoir participé à une agression sexuelle impliquant une ou plusieurs personnes dans la caserne de la 12e Escadre Shearwater.

La plaignante a témoigné qu’elle avait été violée par au moins trois hommes.

L’affaire concernait autrefois quatre accusés. Les accusations portées contre deux autres marins ont été abandonnées, tandis que celles contre un autre suspect ont été suspendues plus tôt au cours du procès pour cause de maladie.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie