Une initiative contre la désinformation sur le droit de vote des Afro-Américains

Chercheurs, militants et écrivains noirs fondent le National Black Cultural Information Trust dont la mission est de contrer les faux profils sur les réseaux sociaux et les «trolls» sur Twitter, qui cherchent souvent à décourager les électeurs noirs d’exercer leur droit de vote.

RIO RANCHO, N.M. — Un rassemblement de chercheurs, de militants et d’écrivains noirs a lancé vendredi un projet pour combattre la désinformation en ligne sur le droit de vote, l’immigration et la réparation de l’esclavage.

Ce nouveau groupe, nommé la National Black Cultural Information Trust, a comme mission de contrer les faux profils sur les réseaux sociaux et les «trolls» sur Twitter, qui cherchent souvent à décourager les électeurs noirs d’exercer leur droit de vote ou à les retourner contre d’autres communautés racisées.

La fondatrice du projet, Jessica Ann Mitchell Aiwuyor, avance que certains comptes suspects derrière le mouvement #ADOS sur les réseaux sociaux, qui signifie «Américains descendants de l’esclavagisme», tentent de convaincre des électeurs noirs de délaisser les élections présidentielles.

Selon Mme Aiwuyor, certains comptes ont aussi utilisé ce mot-clic pour aggraver les supposées divisions entre les Afro-Américains et les immigrants noirs originaires des Caraïbes et de l’Amérique latine. Plus récemment, certains utilisateurs des réseaux sociaux se sont servis du mouvement afin de blâmer des immigrants somaliens à Minneapolis pour la mort de George Floyd, plutôt que le policier qui a été accusé de l’avoir tué.

«La désinformation employée pour cibler les communautés noires est culturelle, fait valoir la militante afro-américaine. On utilise des enjeux culturels pour partager de la fausse information et créer de la confusion.»

Mme Aiwuyor a ajouté que certains profils sur les réseaux sociaux relèvent du «blackface numérique» en se faisant passer pour des utilisateurs noirs. D’autres utilisent de vieux comptes inactifs depuis quatre ans pour diffuser de la fausse information sur les emplacements des bureaux de vote ou sur les opinions des candidats sur plusieurs enjeux.

Les membres du National Black Cultural Trust comptent surveiller les publications sur les réseaux sociaux et de signaler les comptes qui partagent des histoires fausses ou trompeuses. Leur stratégie: miser sur la production participative ou le «crowdsourcing», utiliser des outils en ligne pour détecter les comptes de «trolls» et demander à des experts d’être prêts à réfuter toute fausse information concernant l’esclavagisme ou les élections.

Par le biais de son site web, l’initiative redirigera les visiteurs vers des discussions et des histoires à propos du vote des Noirs ainsi que des tenants de la réparation de l’esclavagisme qui rejettent toute rhétorique xénophobe et qui proposent une coalition entre les immigrants noirs et latinos.

Laisser un commentaire
Les plus populaires