Une juge resserre les conditions de remise en liberté de Jacob Hoggard

TORONTO — Une juge ontarienne a resserré les conditions de remise en liberté sous caution de Jacob Hoggard, lundi, un jour après que le chanteur de Hedley a été reconnu coupable d’agression sexuelle causant des lésions corporelles à l’endroit d’une femme d’Ottawa, mais non coupable de la même infraction envers une admiratrice adolescente.

La juge de la Cour supérieure de l’Ontario Gillian Roberts a reconnu que «la perspective d’une longue peine d’emprisonnement augmente considérablement l’incitation à fuir» et a mentionné la nécessité de maintenir la confiance du public dans l’administration de la justice.

Cependant, elle a déclaré qu’il est possible de répondre au risque de fuite et au «fort intérêt public pour la responsabilité» avec des restrictions plus strictes plutôt que par la révocation de la caution de Jacob Hoggard jusqu’au prononcé de sa peine, comme le demandaient les procureurs.

Selon les nouvelles conditions, Jacob Hoggard doit demeurer à son domicile de Vancouver ou à une autre adresse préapprouvée et être à la maison entre 22 h et 6 h, sauf en cas d’urgence ou d’engagements approuvés.

Il doit également rester en Colombie-Britannique, sauf pour les comparutions devant le tribunal à Toronto, et se soumettre à des contrôles réguliers et à des visites de conformité aléatoires.

L’épouse de Jacob Hoggard, qui s’est également engagée à verser sa caution de 200 000 $, est l’une des deux personnes sélectionnées pour surveiller sa conformité.

Ce montant est «suffisant pour que M. Hoggard se concentre sur la nécessité de se conformer aux conditions de libération et de comparaître devant le tribunal, sans quoi il risque de faire vivre l’épreuve de perdre cet argent à sa femme et, par extension, à son fils», a déclaré la juge Roberts.

Le musicien de 37 ans avait plaidé non coupable à deux chefs d’agression sexuelle causant des lésions corporelles — un lié à chaque plaignante — et à un chef de contacts sexuels, une accusation qui fait référence à des attouchements sexuels sur une personne de moins de 16 ans.

Au cours du procès, les procureurs ont allégué que Jacob Hoggard avait violé brutalement et à plusieurs reprises les deux plaignantes lors d’incidents distincts à l’automne 2016. Ils ont également allégué qu’il avait fait des attouchements à l’adolescente après un concert de Hedley, en avril 2016, alors qu’elle avait 15 ans.

La défense a fait valoir que les attouchements n’avaient jamais eu lieu et que Jacob Hoggard avait eu des relations sexuelles consensuelles avec chacune des plaignantes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.