Une médecin manifeste contre des parents condamnés dans la mort de leur fils

LETHBRIDGE, Alta. – Une seule manifestante s’est présentée jeudi devant un palais de justice du sud de l’Alberta, où avaient lieu les observations sur la peine d’un couple condamné pour avoir fait preuve de négligence envers leur enfant, qui est mort d’une méningite à 19 mois.

David et Collet Stephan ont été reconnus coupables en avril d’avoir omis de fournir les choses nécessaires à l’existence à leur fils, Ezekiel, et ils devraient connaître leur peine vendredi. La peine maximale pour un tel crime est de cinq ans de prison.

La docteure Carrie Kollias, une chirurgienne orthopédiste de Lethbridge en Alberta, avait emmené ses deux enfants avec elle au palais de justice pour manifester.

Elle brandissait deux pancartes, où l’on pouvait lire: «Science. Pas de peur. Pas de négligence» et «Les enfants ont le droit de vivre et de ne pas mourir d’une maladie guérissable».

Mme Kollias est irritée par le fait que les sympathisants du couple tentent de détourner le débat pour faire la promotion du mouvement contre la vaccination.

Elle a souligné qu’il fallait se rappeler qu’un petit garçon était mort inutilement puisque des médicaments auraient pu lui sauver la vie.

La docteure a décidé d’agir lorsqu’elle a entendu parler que des documentaristes antivaccination avaient appelé le public à appuyer David et Collet Stephan.

Les accusés avaient témoigné lors de leur procès qu’ils croyaient que leur fils avait un croup ou une grippe. Ils l’avaient soigné pendant deux semaines et demie avec des remèdes naturels tels que des boissons frappées qui contenaient des piments forts, de l’ail, des oignons et du raifort.

Le petit avait éventuellement cessé de respirer et il est mort après avoir été transporté à l’hôpital.