Une Micmaque visite son ancienne école Cornwallis à Halifax

HALIFAX — Dans une cérémonie lourde de symboles, une militante micmaque a rappelé mercredi à des élèves que leur école, qui portait autrefois le nom du fondateur controversé de Halifax, Edward Cornwallis, se trouve sur la terre de ses ancêtres.

Rebecca Moore a inauguré mercredi dans son ancienne école une pratique qui est devenue quotidienne dans tous les établissements du Conseil scolaire de Halifax: la lecture d’une déclaration qui rappelle aux élèves qu’ils se trouvent en territoire micmac. Mme Moore a eu l’honneur de prononcer cette toute première déclaration à son ancienne école secondaire «Cornwallis», renommée en 2011 «Halifax Central».

Aujourd’hui âgée de 27 ans, Mme Moore se rappelle qu’en arpentant les corridors de son école, elle était autrefois submergée de rappels du «génocide» de ses ancêtres micmacs.

En 1749, à la suite d’une attaque contre des colons anglais, Edward Cornwallis, gouverneur de la Nouvelle-Écosse, a promis une récompense à quiconque lui rapporterait le scalp de Micmacs — hommes, femmes ou enfants.

Le Conseil scolaire de Halifax a adopté en juin une résolution qui demande à toutes les écoles de commencer la journée en reconnaissant que leur établissement se trouve en territoire micmac.

Mme Moore estime que son ancienne école pose les bons gestes pour tendre vers la réconciliation. Elle encourage par ailleurs le Conseil régional de Halifax à continuer de se questionner sur les lieux et les édifices qui ont été baptisés Cornwallis.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie