Une militaire à la retraite tente de mettre fin au règne de Mitch McConnell

Le sénateur du Kentucky Mitch McConnell brigue un septième mandat. La candidate démocrate Amy McGrath tentera de briser cette séquence, mais la bataille n’est pas gagnée d’avance.

LOUISVILLE, Ky. — Amy McGrath était à l’école primaire lorsque Mitch McConnell a été élu pour la première fois au Sénat. Aujourd’hui, 36 ans plus tard, la démocrate qui a réalisé son rêve de devenir pilote militaire a jeté son dévolu sur une mission que personne d’autre n’a accomplie : mettre fin à la carrière du dirigeant républicain.

La pilote de combat à la retraite devra surmonter de forts vents contraires pour défaire M. McConnell, qui brigue un septième mandat.

Alors que de nombreux candidats républicains au Sénat s’efforcent de se prendre leurs distances du président Donald Trump, Mitch McConnell semble profiter de son rôle clé dans l’exécution du programme du président. Mme McGrath, quant à elle, a tenté de se distancier de l’aile progressiste de son parti, un défi important dans un État où la marque républicaine reste populaire.

« Si elle se rend à Washington, le premier vote qu’elle fera au Sénat sera de faire de Chuck Schumer le chef de la majorité, transférant ainsi l’influence et le pouvoir que le Kentucky a maintenant », a lancé M. McConnell lors d’un débat avec sa rivale démocrate, lundi soir.

Alors que de nombreux dirigeants du Sénat perdent des appuis chez eux lorsqu’ils dirigent à Washington, Mitch McConnell, âgé de 78 ans, tente d’utiliser le pouvoir inhérent à son poste comme un atout. Son poste permet au Kentucky de « jouer dans une catégorie supérieure », affirme-t-il. Il met à profit cette influence, dit-il, pour diriger l’argent fédéral vers l’État — une position qu’il défend depuis longtemps, alors qu’il se présente comme un chien de garde contre les dépenses fédérales effrénées.

La longue carrière de M. McConnell — le sénateur qui détient le record de longévité au Kentucky — est problématique, selon Mme McGrath. La démocrate souhaite limiter les mandats pour les sénateurs et présente le sénateur républicain comme une créature du « marécage de Washington », empruntant l’expression de Donald Trump lui-même.

« On ne peut pas nettoyer le marécage jusqu’à ce qu’on se débarrasse du gars qui l’a bâti », a-t-elle soutenu.

« Notre pays n’a jamais eu autant besoin d’une nouvelle génération de dirigeants qu’aujourd’hui », a déclaré la candidate de 45 ans lors d’un récent événement de campagne.

Elle plaide que les progrès en matière de soins de santé, d’immigration et de justice raciale et économique n’arriveront pas tant que M. McConnell sera au Sénat.

« L’homme qui a perverti et empoisonné notre propre système est notre sénateur », a-t-elle pesté.

Une bataille qui s’annonce difficile

D’autres candidats démocrates au Sénat se sont concentrés sur les soins de santé et l’économie et ont réussi à gagner du terrain. Mais les données démographiques du Kentucky rendent les victoires à l’échelle de l’État peu fréquentes.

Les républicains dominent les vastes étendues rurales du Kentucky. Le démocrate Andy Beshear avait trouvé une formule gagnante dans la course au gouverneur de l’État en 2019 en remportant des victoires décisives dans les villes comme Louisville et Lexington, tout en restant fort dans les banlieues et les villes universitaires. Mais le démocrate avait également profité des tendances autodestructrices de son adversaire républicain.

M. McConnell est réputé pour sa discipline, réservant ses commentaires les plus mordants aux démocrates nationaux qui ne sont pas populaires au Kentucky. Et il n’y a peut-être pas assez d’électeurs noirs ou de banlieue dans l’État pour aider Mme McGrath à défaire son puissant adversaire.

Aide au Kentucky

Pendant des mois, Mitch McConnell a sillonné l’État en vantant les quelque 13 milliards $ US transférés au Kentucky par l’entremise du programme d’aide de plus de deux mille milliards de dollars pour faire face à la pandémie de coronavirus. Il comprenait une aide aux États et aux gouvernements locaux, aux hôpitaux, aux écoles et aux entreprises, ainsi que des paiements aux particuliers.

À la fin de l’été, M. McConnell a dévoilé une version allégée d’un autre programme d’aide totalisant environ 500 milliards $, qui a toutefois été bloqué par les querelles partisanes. La Chambre des représentants contrôlée par les démocrates a adopté en mai un projet de loi de trois mille milliards de dollars, mais selon M. McConnell, c’était « trop, trop tôt ». « Nous devions attendre un peu et voir ce que nous avions déjà fait, voir comment cela affectait le pays », a-t-il argué.

Mme McGrath perçoit l’absence d’un autre projet de loi d’aide comme un échec du sénateur McConnell pour aider l’État durement touché. Elle l’accuse d’avoir attendu trop longtemps et d’avoir ensuite présenté un « projet de loi irréalisable et qui n’a pas été négocié ».

« Si vous voulez vous appeler un leader, vous devez faire avancer les choses, a-t-elle déploré lors du débat. Ceux d’entre nous qui ont servi dans les Marines, nous ne nous contentons pas de pointer du doigt l’autre côté. Nous faisons le travail. »

Donald Trump a remporté le Kentucky avec 30 points de pourcentage en 2016, et on s’attend à ce qu’il remporte une fois de plus l’État le mois prochain.

Consciente de sa popularité dans l’État, Mme McGrath s’est bien gardée de le critiquer. Elle dit que son passage dans l’armée lui a appris « ce qu’est le leadership : caractère, honneur, intégrité ».

Laisser un commentaire
Les plus populaires