Une oeuvre en honneur de Viola Desmond est présentée à New Glasgow

NEW GLASOW, N.-É. — Une «exposition» d’oeuvre-d’art installée en honneur de Viola Desmond sur le bâtiment dans lequel elle a commis son geste le plus important contre les inégalités raciales au Canada est presque complétée.

Mme Desmond, une femme noire néo-écossaise commémorée sur les billets canadiens de 10 dollars, avait refusé de quitter son siège au Roseland Theatre, le 8 novembre 1946.

Ce cinéma, à l’époque ségrégationniste, reléguait les gens noirs au balcon, cependant que le parterre était réservé aux Blancs. Mme Desmond, qui était myope, s’était assise dans cette section et avait refusé de s’en aller.

Cette esthéticienne et entrepreneure originaire du nord de Halifax avait été traînée de force à l’extérieur du théâtre par la police, retenue pendant 12 heures en prison et avait reçu une amende.

Ce n’est que 63 années plus tard que le gouvernement néo-écossais a présenté des excuses et demandé pardon à Mme Desmond, décédée en 1965.

Le cabinet MacGillivray Injury and Insurance Law était responsable du concours pour l’œuvre d’art, qui meublera une des façades de cet établissement nouvellement rénové.

Plus de 400 œuvres ont été soumises au concours. Parmi celles qui ont été sélectionnées, plusieurs dépeignent Mme Desmond derrière les barreaux.

Chacune des pièces choisies a été photographiée et envoyée dans une manufacture européenne, où elles ont toutes été imprimées sur des panneaux.

« Ce bâtiment, qui rappelle depuis plusieurs décennies les injustices raciales, a maintenant été transformé en un lieu d’espoir, de paix, d’unité, de diversité, mais surtout d’inclusion », a estimé le directeur du Viola Commemorative Committee, Henderson Paris.

L’histoire de Viola Desmond a été oubliée pendant un demi-siècle, mais a récemment été popularisée. Un timbre a été conçu en son honneur et un port ferroviaire de Halifax porte son nom, tout comme un parc de Toronto et une rue à Montréal.

Laisser un commentaire
Les plus populaires