Une OSBL faisant la promotion de la pédophilie a été radiée jeudi

MONTRÉAL – Une organisation sans but lucratif faisant la promotion de la pédophilie — et liée à l’un des accusés arrêtés lors de l’opération policière «Malaise» — a été radiée jeudi, par ordre de la Cour.

C’est le Registraire des entreprises québécoises qui avait demandé la radiation du groupe «Les amis de toutes les minorités sexuelles» (LATMS).

Selon l’avocat du Registraire, il va à l’encontre de l’intérêt public de conférer un statut juridique à une association qui mène de telles activités.

L’avocate de l’OSBL a plaidé devant le juge David R. Collier, de la Cour supérieure, que selon les extraits de son site déposés par le Registraire, l’organisation ne fait pas la promotion de la pédophilie mais offre plutôt un lieu d’entraide aux personnes ayant des déviances sexuelles.

Le juge Collier est loin d’avoir été convaincu.

Il estime qu’il est clair que le but de LATMS n’est pas d’offrir des conseils ou des soins aux pédophiles afin qu’ils changent leurs habitudes, mais qu’il s’agit plutôt de les soutenir «en tant que pédophiles» et «de les encourager en les qualifiant de minorité sexuelle».

Le juge relève que sur son site Internet, l’organisme explique lui-même ses origines: «La LATMS est née avec et pour nos amis pédophiles et pédérastes et nous sommes prêts à offrir la même écoute attentive et respectueuse à toutes les minorités sexuelles.»

Le juge souligne que l’OSBL a aussi une maison d’édition «qui semble vouloir donner une voix collective aux pédophiles». D’ailleurs, note le juge, celle-ci annonce sur son site Web la parution d’un livre intitulé «Le Prédateur, contes et poèmes pour hommes et garçons».

Finalement, le juge constate aussi que l’OSBL offre divers services, dont un système de communication en ligne crypté afin de protéger l’identité des personnes et cacher le contenu de leurs discussions.

«Il ressort de ce qui précède que la mission principale de la défenderesse (LATMS) est de défendre les intérêts des pédophiles et des autres déviants sexuels et de promouvoir l’idée que leur orientation sexuelle est normale et digne de respect. Même le terme ‘minorité sexuelle’ adopté par la défenderesse envoie ce message de normalité», écrit le juge Collier.

Il conclut que LATMS banalise et encourage la pédophilie.

Et parce qu’il rappelle que «la protection des enfants est une valeur essentielle et constante de notre société», il tranche qu’il est par conséquent dans l’intérêt public d’annuler les lettres patentes de l’OSBL.

L’adresse de l’OSBL créée en 2011 dans la catégorie «organisations civiques et amicales» est aussi celle de plusieurs des hommes arrêtés dans le cadre de l’opération «Malaise».

Le président de LATMS est André Faivre, arrêté le mois dernier avec 14 autres hommes. Ils sont accusés de divers crimes en lien avec de la pornographie juvénile. Les procédures criminelles se poursuivent contre eux.