Une partie des électeurs plus âgées desertent le camp de Donald Trump

THE VILLAGES, Fla. — Le président sortant Donald Trump semble en voie de perdre une partie de l’électorat qui lui avait ouvert la porte de la Maison-Blanche en 2016.

Des membres de l’organisation de M. Trump reconnaissent une baisse de soutien des personnes âgées dans leurs sondages internes. Certaines enquêtes publiques indiquent même que le candidat démocrate arrive en tête, ou est à égalité avec son adversaire, chez cette tranche de l’électorat.

Selon le Pew Research, M. Trump l’avait emporté auprès des électeurs de 65 ans et plus par plus de neuf points de pourcentage. Son organisation espérait bien qu’ils formeraient un rempart pour cimenter un deuxième mandat.

À l’échelle nationale, près d’un électeur sur quatre aura 65 ans et plus. C’est le plus haut niveau jamais enregistré, remontant à 1970.

Une partie de l’électorat plus âgé semble toutefois rebuté par la gestion de la crise de la COVID-19 par l’administration Trump.

Le président a tenté de renforcer sa popularité auprès des personnes âgées en mettant l’accès sur les thèmes de la loi et de l’ordre. Il a continué de visiter la Floride, un État où cet électorat pourra faire la différence, et y a dépensé beaucoup d’argent en publicité.

Jeudi, M. Trump a diffusé une vidéo où il disait des personnes âgées qu’ils étaient «ses préférées». Comprenant leur anxiété devant la COVID-19, il a annoncé, sans en étancher les preuves, que le médicament qu’il dit avoir reçu à l’hôpital sera gratuit pour elles.

La propre infection du président a recentré l’attention des électeurs sur la pandémie et sa gestion de la crise sanitaire. Certains se demandent comment ils peuvent avoir confiance en M. Trump pour les protéger contre la maladie, si le président n’a pu s’en prémunir lui-même.

Et une scène survenue mercredi à Villages, un endroit où vivent de nombreuses personnes âgées en Floride, peut faire couler des sueurs aux républicains: une caravane de 500 voiturettes de golf s’est rendue au cours du vote par anticipation au bureau électoral local pour y déposer des bulletins pour Joe Biden.

Susan MacManus, professeure émérite à l’Université de la Floride du Sud, constate que Villages et son puissant groupe d’électeurs sont devenus de moins en moins républicains au fil des années à cause de l’arrivée de personnes plus libérales venant du nord-est du pays.

Elle dit avoir vu des enquêtes montrant que la base électorale de M. Trump au sein de cette classe d’âge a fondu à la fois à l’échelle nationale que locale, particulièrement parmi les femmes.

«Ce groupe est en train de quitter Trump, dit Mme MacManus. C’est à cause de son comportement, non de ses politiques. C’est frappant pour les femmes plus âgées. Elles ont mené bien des batailles. Elles n’apprécient franchement pas comme il abaisse les femmes. De plus, elles songent à leurs enfants et à leurs petits-enfants.»

La Floride a été frappée par le virus, mais aucun autre groupe démographique n’a été plus touché que les personnes âgées. Environ 93 % des 15100 décès attribuables au virus en Floride sont des personnes âgées de plus de 55 ans. Beaucoup d’électeurs sont effrayés et en colère.

«Le virus a frappé très fort ici, témoigne une électrice de Villages, Sara Branscome. Nous ne pouvons pas aller voir nos familles à cause du COVID. Je n’en vois pas la fin. Il n’y a pas de plan. Biden a un plan. Il porte un masque. Cela nous donne de l’espoir.»

Un fort soutien

Toutefois, il ne faudra pas croire que l’ensemble de cet électorat a abandonné le président, bien au contraire.2

Judy Wise, une retraitée âgée de 75 ans de Plant City, une ville située à l’est de Tampa, demeure une fervente partisane du candidat républicain.

«Ce n’est pas tant l’homme, mais l’idéologie», explique Mme Wise. Elle est convaincue que Joe Biden et les démocrates ont un «plan pour renverser le capitalisme» et qu’il sera une «marionnette» de la présidente de la Chambre des communes Nancy Pelosi, de la représentante démocrate progressiste Alexandria Ocasio-Cortez et de Kamala Harris.

Pamela Allen, une électrice de 72 ans, soutient M. Trunp depuis qu’il a annoncé sa candidature en 2015. Chaque semaine, elle agite des drapeaux trumpistes sur le bord de la route à Holiday avec un groupe de républicains.

«Je l’aime. Il fait un excellent travail. Il aborde les préoccupations quotidiennes normales des gens ordinaires, soutient-elle. Il tient ses promesses, avec peu ou pas d’aide des médias ou des démocrates. Il n’y a rien de positif sur tout ce qu’il fait.»

Mme MacManus concède que beaucoup de personnes âgées continuent d’appuyer fermement Donald Trump.

«Elles penchent probablement encore plus vers Trump. Mais en Floride, on peut observer les écarts, souligne-t-elle. Il avait devancé [Hilary Clinton] par plus de 10 points parmi les personnes âgées en Floride. Aujourd’hui, les sondages sont à peu près égaux. Toute baisse dans n’importe quelle catégorie d’électeurs est un signal d’alarme pour un candidat.»

Laisser un commentaire
Les plus populaires