Une partie du toit de l’usine de rabotage de Maibec à Saint-Pamphile s’effondre

QUÉBEC – Une partie du toit de l’usine de rabotage de Maibec à Saint-Pamphile s’est effondrée, causant des dommages dont l’étendue reste à déterminer et infligeant des blessures mineures à un employé.

Une enquête est en cours pour déterminer les causes de l’effondrement survenu mercredi soir dans cette municipalité de la région de Chaudière-Appalaches.

L’entreprise forestière québécoise a indiqué jeudi par communiqué qu’il était trop tôt pour évaluer l’ampleur des dommages en raison des difficultés à accéder de façon sécuritaire à la section du bâtiment où l’effondrement s’est produit.

Le président, François Tardif, s’est dit soulagé de n’avoir à déplorer aucun blessé grave dans les circonstances.

Les dirigeants de Maibec évaluent les différentes options visant soit à réparer la section de l’usine et les équipements touchés ou «sinon, voir à rebâtir entièrement cette section sur le même site ou ailleurs», a-t-on indiqué.

L’entreprise a fait appel à des ingénieurs externes afin de l’assister dans cette tâche et des décisions seront prises au cours des prochains jours, a affirmé la compagnie couvrant tout le processus de transformation du bois, de la récolte à la mise en marché des produits.

Entre-temps, des mesures temporaires sont évaluées afin d’«assurer la production d’un maximum de produits pour les clients», a-t-on fait valoir.

Plus de 850 personnes travaillent pour Maibec dans ses installations réparties à Saint-Pamphile, Saint-Théophile et Lévis, au Québec, ainsi qu’à Balmoral, au Nouveau-Brunswick, et à Masardis, dans le Maine.