Une personne interrogée en lien avec des accouchements provoqués au N.-B.

MONCTON, N.-B. — La GRC au Nouveau-Brunswick a indiqué mercredi qu’une personne avait été arrêtée relativement aux allégations selon lesquelles des femmes enceintes auraient reçu, à leur insu, à l’Hôpital de Moncton, une hormone féminine qui déclenche le travail et accélère donc l’accouchement.

Le sergent Mathieu Roy, du détachement de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Codiac, affirme qu’une personne a été arrêtée lundi, interrogée puis relâchée avec la promesse de comparaître en mai prochain. M. Roy indique qu’aucune accusation n’a été portée et qu’aucun détail sur l’identité de cette personne ne sera divulgué pour le moment.

En avril dernier, une demande a été déposée pour intenter une action collective contre le réseau de santé Horizon et une infirmière en obstétrique qui aurait, au début de l’année, administré l’ocytocine, une substance qui induit le travail chez les futures mamans.

Les plaignantes affirment que l’Hôpital de Moncton savait — ou aurait dû savoir — que cette infirmière autorisée avait ajouté l’ocytocine au soluté des femmes enceintes, à leur insu.

L’action collective — qui n’a pas encore été examinée par un tribunal — allègue que le réseau de santé Horizon aurait pu faire plus pour empêcher que l’ocytocine soit administrée à ces femmes.