Une plateforme de réalité étendue est utilisée en chirurgie à l’Hôpital général juif

MONTRÉAL — Une plateforme de réalité étendue déployée par l’Hôpital général juif de Montréal a permis à un cardiologue de recevoir les conseils d’un collègue qui se trouvait à Toronto lors d’une intervention minimalement invasive de remplacement de valve cardiaque.

L’intervention s’est déroulée au mois de mars. Le spécialiste de l’enseignement, le docteur Sam Radhakrishnan, a pu guider à distance et en temps réel l’équipe de l’hôpital montréalais.

La plateforme peropératoire de réalité étendue utilise le casque HoloLens 2 de Microsoft, qui permet une visualisation à distance bidirectionnelle en temps réel.

«Ça avait déjà été utilisé dans d’autres situations chirurgicales, mais jamais de cette manière, où nous avons intégré de multiples composantes», a dit le docteur Lawrence Rudksi, qui dirige le Centre cardiaque Azrieli de l’Hôpital général juif.

L’utilisation de casques et de lunettes de réalité étendue s’est accrue pendant la pandémie, en raison des limitations imposées aux déplacements vers et à l’intérieur des hôpitaux.

Un système modulaire permet au spécialiste de l’enseignement de visualiser les moniteurs d’événements cardiaques en temps réel, sans que le chirurgien portant le HoloLens 2 ne soit obligé de regarder les écrans.

Le casque comporte également une visière sur laquelle on peut projeter les différentes étapes que le médecin doit suivre pendant la procédure.

«Disons que c’est une nouvelle valve et qu’il y a des petits détails, en les programmant, ça permet à un utilisateur un peu moins chevronné de voir les étapes une après l’autre et d’être guidé à distance», a précisé le docteur Rudski.

Et même si le clinicien est très expérimenté, a-t-il ajouté, il pourra survenir des situations lors desquelles la présence virtuelle d’un collègue pour l’accompagner pendant l’intervention sera appréciée.

«Cette personne peut simplement se brancher sur son ordinateur, offrir son expertise pendant une heure, et retourner à ses occupations», a dit le docteur Rudski.

Le système est conçu pour survivre aux différents pépins techniques qui pourraient survenir en cours de route, comme une panne de wifi ou une défectuosité du casque.

L’intervention lors de laquelle le casque HoloLens2 a été utilisé est somme toute assez complexe, puisque le médecin doit insérer la valve à installer par une artère de l’aine et l’acheminer jusqu’au bon endroit, ce qui nécessite la participation de plusieurs spécialistes.

La réalité étendue pourrait maintenant être appliquée à d’autres interventions cardiaques, mais aussi à des procédures plus simples.

«Comme validation de principe, nous l’avons utilisée pour le soin des plaies à distance avec une infirmière ou pour des soins palliatifs, a dit le docteur Rudski. Nous pensons que cette procédure est promise à un bel avenir.»

Le projet a été réalisé en collaboration avec Auger Groupe Conseil et Medtronic Canada ULC.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.