Une Première Nation du nord du Yukon bannit un délinquant sexuel

WHITEHORSE — Une Première Nation de moins de 300 personnes dans le nord du Yukon a utilisé une loi qu’elle a créée pendant la pandémie de COVID-19 pour interdire à un délinquant sexuel condamné d’être renvoyé dans sa communauté.

La Première Nation Vuntut Gwitchin d’Old Crow a publié une déclaration en vertu de sa Loi sur les mesures d’urgence interdisant à Christopher Schafer d’accéder par avion à la communauté située à près de 800 kilomètres au nord de Whitehorse pendant au moins les 90 prochains jours.

Le chef Dana Tizya-Tramm affirme que la décision du tribunal territorial du Yukon d’autoriser M. Schafer à vivre à Old Crow a été prise sans consulter la Première Nation, qui dispose de soutiens limités avec seulement deux agents de la GRC et aucun personnel de santé clinique.

Pour l’instant, M. Schafer demeure dans une prison de Whitehorse et comparaîtra devant un juge mercredi pour poursuivre les discussions concernant son avenir.

M. Tizya-Tramm dit que la situation est un exemple de problème systémique quand des personnes quittent la prison pour retourner dans de petites communautés sans plan de réintégration approprié. Il veut des excuses et une enquête publique sur ce qui s’est passé.

Le chef dit que la communauté a déjà tenté de réintégrer Christopher Schafer à Old Crow et qu’elle serait disposée à proposer un plan, mais qu’elle a besoin de plus de temps et de soutien.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.