Une première subvention pour étudier les effets de la psilocybine sur la dépression

TORONTO — Le Centre de toxicomanie et de santé mentale affirme avoir reçu la première subvention fédérale au Canada pour étudier les effets d’un composant chimique psychédélique des «champignons magiques» sur la dépression résistante au traitement.

L’institut psychiatrique a indiqué que les chercheurs exploreront s’il est nécessaire de ressentir les effets de la psilocybine ― présente dans les «champignons magiques» ― pour qu’elle ait des effets antidépresseurs.

L’essai clinique recrutera 60 adultes souffrant de dépression résistante au traitement sur trois ans et administrera une dose complète de psilocybine, plus un bloqueur pour prévenir les effets psychédéliques, à un tiers aléatoire des participants.

Le Dr Ishrat Husain, chef de l’unité des essais cliniques du centre et chercheur principal de la nouvelle étude, affirme qu’il y a «un intérêt et un ensemble de connaissances croissants» sur l’utilisation de drogues psychédéliques pour traiter les maladies mentales et les dépendances.

Il dit que des essais cliniques antérieurs impliquant le composant chimique ont montré des effets antidépresseurs vastes et durables lorsqu’ils sont combinés avec une psychothérapie intensive.

Le Dr Husain ajoute que si l’étude montre que la psilocybine peut traiter la dépression sans induire d’état psychédélique, cela pourrait supprimer le besoin de soutien psychologique pendant le traitement, qui prend du temps et coûte cher.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.