La neige forte et les vents violents atteignent l’est du Québec

La puissante tempête hivernale qui a déferlé le long de la côte est américaine a frappé, jeudi, les provinces de l’Atlantique, de même que l’est du Québec.

Environnement Canada a diffusé des avertissements et des veilles de tempête hivernale pour toutes les provinces maritimes et certains secteurs de Terre-Neuve-et-Labrador, qui se trouvent directement sur la trajectoire du système dépressionnaire.

Les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord seraient les plus durement touchées.

Jeudi soir, vers 21h, Catherine Vallières, d’Environnement Canada, a indiqué que la neige forte et les vents forts à violents avaient déjà commencé «à atteindre et à affecter la Gaspésie et pas mal tout l’est du Québec».

Les précipitations de neige devaient être de l’ordre de 15 à 25 centimètres sur la Gaspésie, le Bas-Saint-Laurent, jeudi soir et dans la nuit. L’extrême est de la Gaspésie — les secteurs tout près de Gaspé — risquait de recevoir de 40 à 50 centimètres de neige.

«Tout ça sera accompagné de vents forts à violents pouvant souffler jusqu’à 100 km/h. Donc, on s’attend à des visibilités nulles dans la neige forte et la poudrerie ce soir et cette nuit dans tous les secteurs de l’est du Québec», a affirmé Mme Vallières.

Les conditions devraient s’améliorer graduellement vendredi matin.

Un peu après 19 h, jeudi soir, Transports Québec a annoncé la fermeture de l’autoroute 85 entre Dégelis et Rivière-du-Loup dans les deux directions.

Vers 19h45, l’autoroute 20 entre Montmagny et La Pocatière a subi le même sort en raison des conditions difficiles. Un peu plus tard, également dans le Bas-Saint-Laurent, l’autoroute 20 a été fermée dans les deux directions entre Notre-Dame-du-Portage et Notre-Dame-des-Neiges.

Plusieurs tronçons de la route 132 ont aussi été fermés dans les deux directions dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

Le service de traversier entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon a été suspendu dès midi, alors que le service entre L’Isle-aux-Grues et Montmagny a été suspendu en matinée.

Sur la Côte-Nord, les traversiers entre Matane et Baie-Comeau, ainsi qu’entre Matane et Godbout, ont stoppé leurs opérations en fin d’après-midi.

Orléans Express a annoncé par communiqué que plusieurs retards, annulations et interruptions de parcours sont à prévoir pour ses trajets d’autocars.

Les départs de Québec vers Rimouski et vers Rivière-du-Loup, prévus respectivement à 17h30 et à 23h59, jeudi, ont été annulés, de même que celui de Rimouski vers Montréal à 23h30.

Pour vendredi, seul le départ de Rivière-du-Loup vers Montréal, à 6h30, a été officiellement retiré de l’horaire. L’entreprise prévient toutefois que d’autres annulations pourraient survenir.

En début d’après-midi, jeudi, la neige avait commencé à ensevelir l’Estrie, plus particulièrement à proximité de la frontière américaine.

En Nouvelle-Écosse, écoles, commerces et traversiers ont interrompu leurs services avant même l’arrivée de la tempête dans les provinces de l’Atlantique.

Des immeubles se sont effondrés sous la force des rafales, alors qu’on attendait jusqu’à 40 centimètres de neige et des vents soufflant jusqu’à 130 kilomètres/heure à certains endroits.

En soirée, quelque 79 000 Néo-Écossais étaient privés d’électricité. La Nova Scotia Power s’était préparée en conséquence, avec plus de 1000 travailleurs prêts à intervenir. Environ 115 travailleurs d’Hydro-Québec y ont aussi été envoyés en renfort.

L’aéroport international Stanfield d’Halifax a annulé plus de 50 vols. Le service des traversiers Marine Atlantic a fait de même avec toutes ses traversées entre la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve. Bay Ferries lui a emboîté le pas pour les traversées entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick.

Le départ du traversier de Souris, à l’Île-du-Prince-Édouard, vers les Îles-de-la-Madeleine, a été reporté au lendemain.

Les autorités ont demandé aux gens d’éviter tout déplacement qui n’est pas urgent dans les régions affectées. 

Ondes de tempête en vue

Environnement Canada a émis jeudi des avertissements d’onde de tempête pour plusieurs secteurs situés le long du fleuve Saint-Laurent, de Blanc-Sablon jusqu’à Québec, de même que pour la région d’Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Le risque de débordement côtier provient d’une combinaison de très forts vents et d’une période de marées à fortes amplitudes.

«Évidemment, chaque secteur obtiendra sa marée haute à une heure différente. Donc, ce serait important que les gens surveillent selon leur localité», avertit le météorologue Jean-Philippe Bégin.

En raison de l’onde de tempête, de la glace de mer pourrait envahir la côte, provoquer des inondations et endommager des infrastructures.

Une tempête à intensité variable

La tempête continuera sa course vers le nord pour rejoindre le golfe du Saint-Laurent.

«Les conditions s’améliorent évidemment plus on s’éloigne de sa trajectoire. Je pense notamment au nord-ouest du Québec qui va être complètement épargné», a exposé M. Bégin en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

Si la grande région de Montréal n’y échappera pas pour sa part, elle ne recevra néanmoins que de 5 à 10 centimètres de neige — contre les 50 centimètres attendus sur la pointe de la Gaspésie.

La métropole ressent tout de même les effets de ces conditions météorologiques difficiles, alors qu’une centaine d’arrivées et départs vers la côte est ont été annulés jeudi à l’aéroport Montréal-Trudeau.

La conseillère aux affaires publiques d’Aéroports de Montréal, Marie-Claude Desgagnés, invite les voyageurs à confirmer l’heure de leur vol avant de se rendre à l’aéroport.

Même son de cloche du côté de l’Aéroport international Jean-Lesage de Québec, où une dizaine de vols ont été annulés.

Le directeur des communications, Mathieu Claise, cite en exemple des vols à destination de Gaspé, des Îles-de-la-Madeleine et de New York.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie