Une survivante du cancer ira en orbite avec SpaceX cet automne

CAPE CANAVERAL, Fla. — Æprès avoir survécu à un cancer des os, Hayley Arceneaux ne s’attend pas à ce que s’envoler pour l’espace à bord du premier vol privé de SpaceX soit trop difficile.

L’hôpital pédiatrique St. Jude a annoncé lundi que l’adjointe au médecin de 29 ans — une ancienne patiente embauchée le printemps dernier — décollera plus tard cette année en compagnie d’un milliardaire qui utilise le vol qu’il a acheté pour récolter des fonds pour des oeuvres caritatives.

Mme Arceneaux deviendra la plus jeune Américaine a être allée dans l’espace — battant de plus de deux ans Sally Ride, qui détient le record de la NASA — quand elle s’envolera cet automne avec l’homme d’affaires Jared Isaacman et deux autres personnes.

Elle sera aussi la première à visiter l’espace avec une prothèse. Quand elle avait dix ans, elle a été opérée à St. Jude pour remplacer son genou et insérer une tige de titane dans son fémur gauche. Elle boîte toujours et ressent occasionnellement de la douleur, mais elle a obtenu le feu vert de SpaceX. Elle sera la responsable médicale de l’équipage.

«Mon combat contre le cancer m’a vraiment préparée à voyager dans l’espace, a-t-elle dit à l’Associated Press. Ça m’a endurcie, et je pense aussi que ça m’a enseignée à m’attendre à l’imprévu et à canaliser mes énergies.»

Elle veut montrer à ses jeunes patients et aux autres survivants du cancer qu’ils peuvent tout faire.

«Ce sera tellement important pour ces enfants de voir une survivante dans l’espace», a-t-elle dit.

M. Isaacman a annoncé sa mission spatiale le 1er février. Il s’est engagé à récolter 200 millions $ US pour St. Jude, une somme dont il fournira la moitié. En tant que commandant auto-proclamé de la mission, il a offert un des quatre sièges à St. Jude.

Sans en informer le personnel, St. Jude a choisi Mme Arceneaux parmi les «dizaines» d’employés qui sont d’anciens patients et qui pourraient représenter la prochaine génération, a expliqué Rick Shadyac, le responsable du financement de St. Jude.

Mme Arceneaux était chez elle à Memphis, au Tennessee, quand elle a reçu un appel «complètement inattendu» lui demandant si elle accepterait de représenter St. Jude dans l’espace.

Sa réponse a été immédiate: «Oui! Oui! S’il vous plaît!». Elle a toutefois tout d’abord voulu en parler à sa mère. (Son père a été emporté par un cancer des reins en 2018). Elle a ensuite demandé l’avis à son frère et à sa belle-soeur, qui sont tous deux des ingénieurs aéronautiques et qui «m’ont rassurée que les vols spatiaux sont très sécuritaires».

Ayant toujours aimé l’espace et l’aventure, Mme Arceneaux insiste que ceux qui la connaissent ne seront pas surpris. Elle a sauté en bungee en Nouvelle-Zélande et fait du chameau au Maroc. Elle adore aussi les montagnes russes.

M. Isaacman, qui pilote des avions de chasse pour passer le temps, considère qu’elle est un choix parfait pour la mission.

«Il ne faut pas seulement que la mission serve à donner envie aux gens de devenir des astronautes, ce qui est très bien, a dit l’homme de 38 ans la semaine dernière. Il faut aussi que ce soit un message inspirant de ce qu’on peut accomplir ici sur Terre.»

Deux autres membres d’équipage seront annoncés au mois de mars.

Un des deux sera choisi lors d’un tirage; tous ceux qui font un don  à St. Jude ce mois-ci sont admissibles, et jusqu’à présent 9 millions $ US ont été récoltés. L’autre sera un(e) propriétaire d’entreprise qui utilisera Shift4Payments, la firme de paiements par carte de crédit de M. Isaacson.

La fusée devrait décoller en octobre du centre spatial Kennedy. La capsule devrait rester en orbite entre deux et quatre jours. M. Isaacson n’a pas dévoilé le coût de la mission.

– Par Marcia Dunn, The Associated Press

Laisser un commentaire