Une travailleuse d’un restaurateur de rue morte intoxiquée, selon la CNESST

Une travailleuse pour le restaurateur de rue Luv Shack, à Granby, est morte à cause du fonctionnement d’une génératrice à l’intérieur du camion de cuisine, alors que les portes étaient fermées, selon le rapport de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), dévoilé mercredi.

Cette génératrice à essence, utilisée pour le fonctionnement de l’appareillage électrique dans le camion, a fait en sorte que la femme a été exposée à une concentration mortelle de monoxyde de carbone (CO), un gaz inodore et toxique.

Après son arrivée à l’intérieur du camion, elle a arrêté la génératrice et perdu connaissance rapidement en raison des concentrations élevées de CO présentes, indique le rapport sur l’accident du travail survenu le 18 mai dernier.

Le jour de l’accident, en après-midi, cette «représentante de l’employeur» Luv Shack — qui n’est pas identifiée par la CNESST — est arrivée à la Place de la Gare, à Granby, pour procéder à la fermeture du camion de cuisine de rue.

Elle a été retrouvée inanimée et les secours ont été appelés sur les lieux. Elle a été transportée au centre hospitalier, où son décès a été constaté.

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit à l’employeur, Luv Shack, l’usage de la génératrice à l’intérieur du camion de cuisine de rue. L’employeur s’est conformé à ces exigences, a-t-on indiqué.

La CNESST recommande aux employeurs de s’assurer de placer la génératrice à l’extérieur, de former les travailleurs sur l’utilisation sécuritaire des appareils produisant du CO et de suivre les recommandations du fabricant sur l’installation de la génératrice.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs, a rappelé l’organisation, tout en ajoutant que les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Pour sensibiliser les milieux de travail, la CNESST transmettra les conclusions de son rapport à l’Association des restaurateurs de rue du Québec (ARRQ) pour que ses membres en soient informés.

«Des génératrices intérieures comme ça, je n’ai jamais vu ça», a dit en entrevue Gaëlle Cerf, de l’ARRQ.

Mme Cerf a indiqué que l’employeur en question ne faisait pas partie de l’association, qui représente une partie des restaurateurs de rue un peu partout au Québec.

«Ce ne sont pas tous nos membres qui ont des génératrices fixées à l’extérieur, mais c’est le cas de tous les camions qui sont détenteurs d’un permis de vente sur le domaine public à Montréal», a-t-elle précisé.

Mme Cerf a fait valoir l’importance de la formation des employés.

«C’est une erreur extrêmement malheureuse, mais aussi un petit peu grossière à mon avis», a-t-elle dit croire.

«De mon côté, je vais m’assurer que tous nos membres soient mis au courant de cette situation-là. On va leur demander de redoubler de prudence, et aussi de rappeler à leurs employés que le monoxyde de carbone, c’est hyper dangereux», a ajouté Mme Cerf.

Les plus populaires