Une victime d’agression sexuelle regrette sa bataille judiciaire

HALIFAX – Shannon Graham a attiré l’attention d’un bout à l’autre du pays lorsqu’elle a déclaré qu’elle regrettait d’avoir porté plainte contre celui qui l’a agressée sexuellement.

Et bien que la jeune Néo-Écossaise de 22 ans admette que «justice a été rendue» en cour, elle maintient que le coût personnel, pour elle, a été si élevé qu’elle aurait mieux fait de ne jamais se tourner vers les autorités.

Mme Graham avait fait les manchettes, l’an dernier, lorsqu’elle a réussi à faire lever un interdit de publication cachant son identité, pour ainsi pouvoir librement parler de son histoire, pendant que l’homme reconnu coupable de l’avoir agressée était libéré en attendant son appel.

Dans une décision publiée la semaine dernière, le plus haut tribunal de la Nouvelle-Écosse a rejeté l’appel de Jared Peter Beck-Wentzell, réfutant ses allégations voulant que le juge ait mal compris la preuve et omis de tenir compte du fait que l’accusé croyait honnêtement, mais erronément, qu’il y avait eu consentement.

Mme Graham a confié qu’elle était soulagée de savoir que son ancien conjoint de fait allait «subir les conséquences» de ses gestes et probablement purger le reste de sa peine de deux ans et demi de prison.

Le jugement est perçu comme une victoire coûteuse pour la mère monoparentale, qui affirme avoir été totalement obnubilée par sa saga judiciaire pendant deux ans.

«J’ai passé deux ans de ma vie à ne pas savoir comment avancer, a-t-elle expliqué. J’aurais pu simplement aller chercher l’aide dont j’avais besoin et je serais passée à autre chose beaucoup plus rapidement.»

Elle ajoute que c’est son fils de trois ans qui a souffert le plus de la bataille judiciaire, puisqu’il a dû voir sa mère subir un stress constant et devoir reprendre le dessus après un traumatisme.