Une vieille arnaque rafraîchie pour cibler les jeunes

VAL D’OR, Qc — Qui ne se souvient pas de l’arnaque classique où un individu prétendait avoir hérité d’une forte somme d’un prince du Nigéria, mais que pour pouvoir toucher le pactole, il devait «emprunter» un compte bancaire en échange d’une commission? Un fraudeur a maintenant raffiné cette technique, pour cibler les jeunes en utilisant les médias sociaux.

La Sûreté du Québec rapporte que certaines personnes en Abitibi ont même été victimes de tentatives d’extorsion en rapport avec cette arnaque. «Le stratagème vise principalement les jeunes, qui ont moins d’expérience, souligne le sergent Jean-Raphaël Drolet, de la SQ. Le fraudeur attire ses victimes via les réseaux sociaux, et leur fait miroiter de l’argent facile, rapide et obtenu de façon tout à fait légale, notamment en montrant des relevés de dépôts totalisant des milliers de dollars, ainsi que des dépôts provenant de la Prestation canadienne d’urgence (PCU).»

Menaces et extorsion

Par la suite, l’arnaqueur demande à sa victime de lui «prêter» son compte bancaire pour y effectuer certaines transactions. En échange, la victime devait recevoir une partie des sommes qui transitaient dans le compte. Le fraudeur convainc alors sa victime de lui transmettre ses informations bancaires, et va même jusqu’à se présenter à son domicile, pour y obtenir sa carte de débit, et tenter un retrait au guichet automatique. «Si la transaction ne fonctionne pas, le fraudeur y va de menaces envers sa victime, et peut aller jusqu’à de l’extorsion.»

La SQ rappelle aux jeunes de toujours se méfier face à des opportunités de faire de l’argent facilement. «La plupart du temps, quand une occasion est trop belle pour être vrai, elle l’est, affirme le Sgt. Drolet. Soyez vigilant, c’est une arnaque. Protégez vos renseignements personnels. Ne prêtez jamais votre carte de débit , ne divulguez pas vos informations bancaires (NIP). De plus, toute personne qui accepte de divulguer ses informations bancaires à un tiers verra son dossier entaché auprès de l’institution financière pour usage frauduleux d’un compte bancaire.»

Texte de l’Initiative de journalisme local 

Laisser un commentaire
Les plus populaires