Une ville japonaise s’inquiète à la suite de plusieurs attaques par des singes

TOKYO — Les habitants d’une ville du sud-ouest du Japon doivent composer avec les attaques de singes qui tentent de prendre des bébés, de mordre, de griffer et de se faufiler dans les jardins d’enfants.

Les attaques ― sur 58 personnes depuis le 8 juillet ― sont devenues si graves que la mairie de Yamaguchi a embauché une unité spéciale pour chasser les animaux avec des fusils tranquillisants.

Les singes ne sont pas intéressés par la nourriture, donc les pièges n’ont pas fonctionné. Ils ciblent principalement les enfants et les personnes âgées.

«Ils sont très intelligents, et ils ont tendance à se faufiler et à attaquer par-derrière, en vous attrapant souvent les jambes», a déclaré mercredi un responsable de la ville, Masato Saito.

Lors d’une confrontation avec un singe, les consignes sont les suivantes : ne le regardez pas dans les yeux, tentez d’avoir l’air le plus gros possible, par exemple en écartant votre manteau, puis reculez le plus silencieusement possible sans faire de mouvements brusques, a indiqué M. Saito.

Une femme a été agressée par un singe alors qu’elle étendait des vêtements sur sa véranda. Une autre victime a montré ses orteils bandés. Les deux victimes ont été surprises et effrayées par la taille et la grosseur des singes.

Les singes qui terrorisent la communauté sont des macaques japonais, le genre que l’on voit souvent en photo se baignant paisiblement dans des sources chaudes.

Un singe mâle, mesurant 49 centimètres de hauteur et pesant sept kilogrammes, a été attrapé mardi avec le pistolet tranquillisant. Il a été déterminé par diverses preuves qu’il faisait partie des singes ayant attaqué et il a été mis à mort.

Mais d’autres attaques ont été signalées après sa capture.

Personne n’a été grièvement blessé jusqu’à présent. Mais tous ont été invités à se faire soigner à l’hôpital. Des ambulances ont été appelées dans certains cas.

Bien que le Japon soit industrialisé et urbain, une bonne partie des terres de l’archipel est constituée de montagnes et de forêts. De rares attaques contre des personnes par des ours, des sangliers ou d’autres animaux sauvages se sont produites, mais généralement pas par des singes.

Personne ne semble savoir pourquoi les attaques ont eu lieu, et on ignore d’où vient exactement la troupe de singes.

«Je n’ai jamais rien vu de tel de toute ma vie», a déclaré M. Saito.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.