Une ville trouve une façon originale de tourner le dos au passé raciste de son nom

Un canton de l’Est ontarien s’apprête à tourner le dos au propriétaire d’esclaves dont il porte le nom… tout en gardant son nom.

Le maire Pierre Leroux a déclaré que le canton de Russell avait fait l’objet de mépris sur les réseaux sociaux au cours de la dernière semaine, car il porte le nom de Peter Russell, un fonctionnaire du XVIIIe siècle qui avait retardé l’abolition de l’esclavage.

Certains ont demandé que le nom soit changé, tandis que d’autres ont déclaré qu’il devrait rester le même.

Pierre Leroux a expliqué que lui et son fils de 18 ans ont trouvé une solution différente: choisir un nouveau Russell.

Le maire Leroux prévoit présenter un avis de motion lors d’une réunion du conseil lundi soir, affirmant que les résidents ne veulent plus que l’endroit où ils vivent soit associé à Peter Russell.

Il a indiqué que les membres de la communauté seront invités à soumettre des candidats nommés Russell.

«Nous ne partageons pas les valeurs, nous n’avons jamais partagé les valeurs de M. Peter Russell, et nous cherchons à aller de l’avant», a-t-il déclaré.

La question de savoir s’il faut renommer les bâtiments, les rues et les villes fait partie d’une conversation plus large sur le racisme systémique au Canada et ailleurs dans le monde, alimentée par la mort de George Floyd.

George Floyd, un Afro-Américain, est décédé le mois dernier lorsqu’un policier blanc a tenu son genou contre son cou pendant près de neuf minutes, provoquant une vague immense d’indignation.

Ailleurs en Ontario, il y a eu des appels pour renommer la rue Dundas, du nom d’Henry Dundas, un politicien du XVIIIe siècle qui a retardé de 15 ans l’abolition de l’esclavage par la Grande-Bretagne. La rue traverse Toronto et de nombreuses villes et villages voisins.

À Russell, a déclaré Pierre Leroux, il y a une variété de raisons pour lesquelles on ne veut pas changer complètement le nom, y compris les propriétaires d’entreprise qui ont construit leurs marques sur le nom de la ville.

«Et si vous changez le nom de la ville, qu’advient-il de toutes ces organisations qui se sont forgé une réputation d’être des gens aimants et des entreprises incroyables? Vous dites, eh bien, ce nom est par défaut toujours lié à ce gars il y a 200 ans» , a-t-il expliqué.

Bien qu’il ait dit que son fils a eu l’idée, ils ont appris plus tard qu’il y avait un précédent.

En 1986, le comté de King, dans l’État de Washington, a fait de même.

Le comté a été initialement nommé pour le marchand d’esclaves William Rufus DeVane King, mais une motion qui avait été adoptée pour changer l’homonyme, explique que Martin Luther King Jr. est plus conforme aux idéaux des résidents.

Pierre Leroux a déclaré qu’il espérait que les résidents de Russell trouveraient également leur homonyme.

«J’imagine des projets d’école où les élèves parlent de ce qui se passe dans le monde, et ils se réunissent et font des soumissions sur la façon d’aller de l’avant et qui, selon eux, représente le mieux nos valeurs et notre histoire».

 

Les plus populaires