Vaccin: dès demain, la 2e dose disponible 4 semaines après la 1ère sur Clic Santé

MONTRÉAL — Plus besoin d’attendre huit semaines: dès mardi, les Québécois pourront prendre un rendez-vous pour recevoir leur deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 quatre semaines après la première, a clarifié le ministre de la Santé, Christian Dubé.

En conférence de presse lundi à Montréal, le ministre a confirmé cette possibilité puisque le Québec dispose de suffisamment de caisses de vaccin. «On a actuellement presque deux millions de doses», s’est-il réjoui.

Il souligne qu’il avait déjà été annoncé que les citoyens pouvaient «gérer» leur seconde dose dans un intervalle allant de quatre à huit semaines après la première. Il a rappelé que «parfois», attendre huit semaines entre les deux doses permet une «meilleure» protection, mais si pour des raisons qui leur sont propres des Québécois veulent leur seconde dose plus rapidement, ils le peuvent.

Sauf que le site de prise de rendez-vous Clic Santé ne le permettait pas: il demandait de respecter l’intervalle de huit semaines.

Cet «enjeu technique» sera réglé mardi matin, promet le ministre Dubé. 

Cette «accélération» supplémentaire de la campagne de vaccination réjouit le ministre, qui espère que du personnel pourra être ainsi réassigné aux hôpitaux qui manquent cruellement d’employés actuellement.

Les Québécois de plus de 18 ans venaient récemment d’avoir la possibilité de devancer leur rendez-vous de deuxième dose: ils peuvent dorénavant raccourcir une autre fois le délai.

Pas d’autre confinement

Alors qu’il discutait de la rentrée scolaire, le ministre a abordé un autre sujet en marchant sur la pointe des pieds.

Si cela ne se passe pas bien à l’automne avec le variant delta, et que les cas de contamination à la COVID-19 augmentent de façon importante, «on ne pourra pas reconfiner les gens avec ce qu’on vient de vivre pendant 15-16 mois», a-t-il laissé tomber.

«À un moment donné, il faut faire des choix comme société.»

De plus, «il y a des services non essentiels qui vont devoir être disponibles à ceux qui ont deux doses», a-t-il ajouté.

M. Dubé fera d’ailleurs le point sur la campagne de vaccination jeudi, et il sera notamment question de la «preuve vaccinale». À cette occasion, des «choses seront annoncées pour motiver» ceux qui n’ont pas encore reçu l’aiguille dans le bras.

L’appel est notamment fait aux jeunes.

Interrogé à savoir si leur faible taux de vaccination met en danger la rentrée scolaire au cégep et à l’université, le ministre a dit que cette tranche d’âge le «préoccupe» encore.

Il faut 115 000 vaccinés de plus pour atteindre un taux d’inoculation de 75 % dans ce groupe d’âge. D’ailleurs, M. Dubé aimerait même dépasser ce taux chez les 18-24 ans, pour que la rentrée scolaire se fasse sans crainte.

Il croit que la possibilité de recevoir la deuxième dose après quatre semaines et la présence de cliniques sans rendez-vous vont donner un bon coup de pouce.

«Il faut se faire vacciner. Il reste deux mois.»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.