Val-d’Or : une minute de silence pour Joyce Echequan

VAL D’OR, Qc — Le conseil municipal de Val-d’Or a tenu une minute de silence lundi, avant le début de sa séance, pour rendre hommage à Joyce Echequan, cette femme Atikamek de 37 ans décédée la semaine dernière à l’hôpital de Joliette, présumément sous des insultes à caractère raciste.

«C’est une marque de respect envers cette femme disparue, a indiqué le maire, Pierre Corbeil, en entrevue à la Presse Canadienne. Un an après le dépôt du rapport de la Commission Viens, ces événements viennent démontrer qu’il existe toujours du racisme dans certains services publics. Nous voulions démontrer notre solidarité envers la communauté de Manawan, envers les Atikamekw, et aussi envers M. Dubé, le mari de Joyce Echequan.»

Cinq ans de travail pour le vivre-ensemble

Le maire de Val-d’Or a appris la nouvelle du décès de Joyce Echequan quelques heures seulement avant de participer à une conférence de presse de l’Assemblée des Premières-Nations Québec-Labrador, qui, ironie du sort, dévoilait le lendemain son plan d’action pour la lutte contre le racisme.

«C’était l’événement de l’heure, se rappelle le maire Corbeil. Le racisme n’a pas de frontières, on en a eu un bel exemple à ce moment-là.»

Val-d’Or a été secouée par des événements à caractère racial en 2015, après qu’une demi-douzaine de jeunes femmes autochtones ont révélé à l’émission Enquêtes, de Radio-Canada, avoir été victimes de gestes à caractère sexuel de la part de policiers de la Sûreté du Québec.

L’affaire avait fait grand bruit, et incité les leaders de la Ville à agir pour améliorer le vivre-ensemble. «Nous sommes en action depuis cinq ans, affirme Pierre Corbeil. On le fait d’ailleurs à plusieurs niveaux, pas seulement au niveau judiciaire. Ça va de l’éducation à l’habitation, et ça implique plusieurs partenaires.»

Donner l’exemple

Le décès de Joyce Echaquan vient rappeler au maire de Val-d’Or que la lutte à la discrimination et au racisme n’est pas terminée. «Il ne faut jamais baisser la garde, affirme-t-il. La démarche doit se poursuivre partout et en tout temps. Nous devons être des vecteurs de changement dans notre société, et pour cela, on doit donner l’exemple.»

Puisqu’il est question de donner l’exemple, la Ville de Val-d’Or a mis sur pied un comité de lutte contre le racisme et la discrimination, comité qui s’apprête à lancer une ligne téléphonique de dénonciation.

Pierre Corbeil se sent parfois comme Sisyphe, le héros de la mythologie grecque condamné à remonter pour l »Éternité une pierre au haut d’une côte, pour la voir redescendre aussitôt. «Quand je vois des événements comme celui de Joliette, j’ai parfois l’impression que l’on fait du surplace», dit-il.

Laisser un commentaire
Les plus populaires