Variole simienne: la Santé publique fédérale invite les hommes à la prudence

OTTAWA — La Santé publique fédérale invite les Canadiens — surtout les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes — à adopter des pratiques de «sexe sans risque» pour aider à freiner la propagation de la variole simienne au pays.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré une urgence de santé publique de portée internationale concernant cette maladie la fin de semaine dernière.

L’administratrice en chef de la santé publique, Dre Theresa Tam, a affirmé en point de presse que 745 cas de variole simienne avaient jusqu’à présent été rapportés au Canada, et que 99 % des infections sont survenues chez des hommes.

Elle a expliqué que le virus circule surtout chez des hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes. Ainsi, même si tout le monde peut en théorie être infecté, la Dre Tam croit que des mesures ciblées pour les hommes homosexuels et bisexuels sont nécessaires.

Le Comité consultatif national de l’immunisation recommande aux personnes qui sont à haut risque d’être entrée en contact avec un cas confirmé ou probable de variole simienne d’aller chercher une dose de vaccin contre la variole.

Le gouvernement fédéral a distribué plus de 70 000 doses de ce vaccin aux provinces et territoires.

Au Québec, le plus récent bilan, qui date de mardi, faisait état de 346 cas de variole simienne. La Santé publique de Montréal fera d’ailleurs le point jeudi sur la propagation du virus dans la métropole.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.