Variole simienne: l’OMS Afrique demande une approche intégrée

ABUJA, Nigéria — L’Afrique doit faire partie d’une lutte mondiale unie contre la variole simienne, a déclaré jeudi le bureau Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), alors que des pays d’Europe, des États-Unis et d’ailleurs réagissent à des épidémies inhabituelles de la maladie.

«Nous devons avoir une réponse mondiale intégrée pour éviter que la variole ne devienne endémique dans plus de pays», a déclaré la docteure Matshidiso Moeti, directrice de l’OMS pour l’Afrique, lors d’une séance d’information en ligne.

Alors que les pays du monde développé trouvent des moyens de limiter la propagation de ce virus, «il est très important que (…) nous nous assurions de partager ces outils, que nous renforcions les capacités partout dans le monde pour répondre à ces éclosions», a-t-elle déclaré.

«Ce qui est extrêmement important maintenant, c’est d’éviter tout potentiel de répétition de l’accès inéquitable aux vaccins contre la COVID-19 qu’ont connu les pays africains au début de la pandémie», a souhaité Mme Moeti.

La variole simienne est généralement présente dans les pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale où l’on retrouve des forêts tropicales humides. Mais cette maladie a été signalée récemment dans plus de 20 pays, dont la Grande-Bretagne, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Suisse, les États-Unis, le Canada, Israël et l’Australie. Plus de 500 cas ont été signalés jusqu’ici, dont plusieurs seraient liés à des rapports sexuels lors de deux récentes fêtes technos («rave») en Europe. Aucun décès n’a été signalé.

Le séquençage du génome du virus n’a pas encore montré jusqu’ici de lien direct avec l’éclosion en dehors de l’Afrique, selon les responsables de la santé.

Dépistage difficile en Afrique

Pendant ce temps, sept des 54 pays africains ont signalé la présence de la maladie et il y a eu environ trois fois plus de cas de variole simienne que d’habitude. On a recensé plus de 1400 cas suspectés et 63 décès dans les pays africains où la maladie est endémique – le Cameroun, la République centrafricaine, le Congo et le Nigeria – selon les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

Mais seuls 44 de ces cas suspectés ont été confirmés, a précisé la docteure Fiona Braka, qui dirige les opérations d’urgence au bureau de l’OMS pour l’Afrique à Brazzaville, en République du Congo.

L’écart important entre les cas suspectés et confirmés serait en partie attribuable à la capacité limitée de dépistage dans les pays africains, a déclaré la docteure Braka. Seuls 10 pays d’Afrique sont en mesure de dépister la maladie, a-t-elle souligné.

Pour améliorer la lutte contre la variole du singe en Afrique, les travailleurs de la santé doivent s’engager auprès des communautés locales de manière à minimiser toute stigmatisation autour de la maladie, a-t-elle suggéré. Elle a aussi indiqué qu’il fallait en savoir plus sur la transmission de l’animal à l’humain, ainsi que sur la transmission entre humains.

Le virus de la variole simienne appartient à la même famille que le virus de la variole. Les vaccins contre la variole seraient efficaces à environ 85 % contre la variole simienne, selon l’OMS.

Les pays du monde développé ont commencé à utiliser des vaccins contre la variole et envisagent l’utilisation d’antiviraux pour lutter contre leur éclosion de variole simienne. Les médecins en Afrique estiment que ces ressources devraient également être disponibles pour les aider.

L’un des pays les plus touchés du continent est le Congo, qui a enregistré 465 cas suspectés et neuf décès dus à la maladie cette année, ont annoncé cette semaine les autorités sanitaires.

Le Nigeria, l’un des quatre pays africains où cette variole simienne est endémique, signale des cas sporadiques chaque année depuis 2017. Il a confirmé 21 cas jusqu’ici cette année, selon le docteur Ifedayo Adetifa, directeur du Centre de contrôle des maladies du pays. 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.