Des milliers de fidèles devant la dépouille de Benoît XVI en chapelle ardente

VATICAN — Des milliers de fidèles ont défilé lundi dans la basilique Saint-Pierre, au Vatican, pour se recueillir auprès de la dépouille du pape émérite Benoît XVI, décédé samedi à l’âge de 95 ans.

Les organisateurs s’attendaient à ce qu’entre 25 000 et 30 000 personnes se présentent pour rendre un dernier hommage au pontife à la retraite lundi, mais ce sont finalement quelque 65 000 fidèles qui sont passés près du corps.

À la levée du jour, 10 majordomes papaux munis de gants blancs ont transporté le corps de l’ex-pape jusqu’au centre de la basilique et l’ont posé sur un catafalque tendu de tissu.

Peu après 9h00, heure locale, les portes de la basilique se sont ouvertes pour laisser entrer les premiers fidèles, dont certains faisaient la file depuis plusieurs heures.

À leur entrée dans la basilique, les pèlerins ont pu découvrir le corps de Joseph Ratzinger, vêtu de rouge et coiffé d’une mitre blanche ornée d’une ganse dorée.

Filippo Tuccio, 35 ans, est venu de Venise dans un train de nuit pour pouvoir passer devant la dépouille de l’ancien chef de l’Église catholique.

«Je voulais rendre hommage à Benoît XVI, car il a joué un rôle clé dans ma vie et mon éducation. Je suis arrivé ici vers 7h30, après avoir quitté Venise la nuit dernière», a-t-il raconté.

«Quand j’étais jeune, j’ai participé aux Journées mondiales de la jeunesse», a souligné le pèlerin, faisant référence aux jamborees de jeunes fidèles organisés périodiquement et auxquels assistaient des pontifes.

M. Tuccio a ajouté qu’il avait étudié la théologie et que le pontificat de Benoît XVI l’a accompagné pendant ses années universitaires.

«Il était très important pour moi: pour ce que je suis, ma façon de penser, mes valeurs. C’est pourquoi je voulais lui dire au revoir aujourd’hui.»

Quelques personnalités ont eu accès à la dépouille avant l’ouverture des portes au grand public, dont la première ministre italienne, Giorgia Meloni. La dirigeante d’extrême droite a professé son admiration pour les penchants conservateurs de Benoît XVI dans le passé.

Le président italien, Sergio Mattarella, est également venu voir le corps. Le Vatican a précisé que seules les délégations officielles de deux nations — l’Italie et l’Allemagne natale de Benoît XVI — avaient été officiellement invitées aux funérailles, puisque le pape émérite n’était plus chef d’État.

La chapelle ardente a duré dix heures lundi dans la basilique Saint-Pierre. Douze heures sont prévues mardi et mercredi avant les funérailles de jeudi matin, qui seront présidées par le pape François, sur la place Saint-Pierre.

Comme Benoît XVI le souhaitait, ses funérailles seront marquées par la simplicité, a indiqué le Vatican lors de l’annonce du décès, samedi.

Lundi, des ouvriers installaient déjà un autel sur la place Saint-Pierre pour la messe funéraire. Des rangées de chaises étaient également disposées pour les fidèles qui tiendront à être sur place pour les funérailles. Les autorités locales s’attendent à ce qu’environ 60 000 personnes assistent à la messe.

Le Vatican a aussi confirmé les plans d’enterrement qui circulaient depuis l’annonce du décès. Conformément à ses souhaits, Benoît XVI reposera dans la crypte de la grotte sous la basilique qui a été utilisée pour la dernière fois par Jean-Paul II, a affirmé le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni.

Benoît XVI est décédé samedi matin à l’âge de 95 ans dans le monastère du Vatican où il vivait depuis sa retraite en 2013, lorsqu’il est devenu le premier pontife à démissionner en 600 ans.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.