Veganuary: Des Canadiens tentent un régime à base de plantes pour la nouvelle année

Ayant grandi avec un père boucher, Toni Vernelli adorait manger de la viande. À 18 ans, elle s’est tournée vers le végétalisme, et après plus de 30 ans de militantisme pour les animaux, elle est aujourd’hui responsable des communications pour Veganuary, un engagement de 31 jours qui met les participants au défi de devenir végétaliens pour le mois de janvier.

Le défi donne aux gens une chance de «tremper leurs orteils» dans le mode de vie, a affirmé Mme Vernelli. Les végétaliens s’abstiennent de consommer des produits d’origine animale, comme de la viande, des produits laitiers ou des œufs et, pour certains, cela s’étend à ne pas porter de cuir, de fourrure ou de produits testés sur des animaux.

Les gens adorent les défis, a souligné Mme Vernelli, donnant pour exemple Dry January, le défi du mois sans alcool, ou Stoptober, lorsque les gens arrêtent de fumer en octobre. Auparavant, la promotion d’un régime à base de plantes était basée sur la sensibilisation, et promouvait un changement drastique et permanent vers le végétarisme ou le végétalisme.

Selon la militante, ce n’est pas ainsi que les humains fonctionnent et modifient efficacement leurs habitudes.

L’initiative a pris naissance en 2014 au Royaume-Uni lorsque les co-fondateurs de Veganuary, Jane Land et Matthew Glover, ont décidé de créer un défi d’engagement au végétalisme. Aujourd’hui, Veganuary est un mouvement mondial qui regroupe des individus du monde entier. Le Canada se classe d’ailleurs 18e parmi les 20 pays qui comptent le plus de participants.

Hausse de popularité

Une enquête Statista datant de 2018 a estimé que 0,85 % des Canadiens étaient végétaliens et que 2,3 % étaient végétariens.

En général, trois principales motivations incitent les gens à s’inscrire à Veganuary, a expliqué Mme Vernelli : la protection des animaux, les avantages pour la santé et les préoccupations environnementales.

Les substituts de viande à base de plantes devraient atteindre environ 148,9 millions de dollars américains cette année au Canada, en hausse de plus de 40 millions de dollars par rapport à 2019.

Plus tôt cette année, le gouvernement fédéral avait investi 1,4 million de dollars dans la société de protéines végétales Big Mountain Foods Ltd.

«Les aliments à base de plantes gagnent en popularité, et les Canadiens recherchent de plus en plus d’options varier davantage leur alimentation», avait déclaré à l’époque la ministre canadienne de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, dans un communiqué de presse.

Lorsque Toni Vercelli est devenue végétalienne pour la première fois, il y a 32 ans, elle savait qu’il serait difficile de trouver des alternatives alimentaires. Cette réalité a changé, a-t-elle souligné, et beaucoup plus de gens aspirent au végétalisme aujourd’hui en cherchant à diminuer leur consommation de viande et de produits laitiers.

«La plupart des gens n’aiment pas l’idée de manger des animaux… Mais changer une habitude de toute une vie est difficile», a-t-elle reconnu.

Lors de leur inscription, les participants de Veganuary ont également accès à un groupe Facebook privé qui regroupe d’autres participants et reçoivent par la suite quotidiennement des recettes et des conseils nutritionnels par courriel afin de les soutenir dans leurs démarches.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.