VÉRIFIÉ: Biden au sujet des voitures, Trump au sujet des médicaments

DÉTROIT — Le président Donald Trump a exagéré mercredi les efforts de son administration pour abaisser le coût des médicaments, pendant que son rival démocrate Joe Biden s’accordait trop de crédit pour avoir relancé l’industrie automobile américaine et errait sur le nombre de militaires victimes de la COVID-19.

Voici une vérification de quelques-uns de leurs propos tenus mercredi.

————

VOITURES

BIDEN: «Le président Obama et moi avons sauvé l’industrie automobile et aidé l’économie du Michigan à revenir en force. Donald Trump a tout gaspillé — et les habitants du Michigan qui travaillent dur en paient le prix chaque jour.» — Sur Twitter.

LES FAITS: Il attribue trop de crédit à l’administration Obama pour avoir sauvé l’industrie automobile et il exagère quand il dit que M. Trump a «gaspillé» l’économie du Michigan.

Dans un premier temps, ce que M. Obama a fait était une extension des mesures initiales et cruciales prises par son prédécesseur, George W. Bush.

En décembre 2008, General Motors et Chrysler étaient au bord de l’effondrement financier. Les États-Unis étaient en profonde récession et les ventes d’automobiles aux États-Unis étaient en forte baisse, en partie parce que la crise financière de 2008-2009 a rendu plus difficile l’obtention de prêts pour les acheteurs potentiels de voitures. GM, Chrysler et Ford ont demandé l’aide du gouvernement, mais le Congrès l’a rejetée.

Avec à peine un mois restant au pouvoir, M. Bush a autorisé 25 milliards $ US de prêts à GM et Chrysler à même le fonds de sauvetage de 700 milliards $ US qui était initialement destiné à sauver les plus grandes banques américaines. Ford a décidé de ne pas prendre d’argent. Après son inauguration, M. Obama a nommé un groupe de travail pour superviser GM et Chrysler, qui ont tous deux finalement déclaré faillite, reçu une aide supplémentaire d’environ 55 milliards $ US et été contraints de fermer de nombreuses usines et de revoir leurs opérations. Les trois entreprises ont récupéré et ont finalement recommencé à créer des emplois.

M. Trump n’a pas dilapidé l’économie du Michigan, bien que le nombre d’emplois dans la fabrication automobile et de pièces dans l’État ait légèrement diminué entre son investiture et février de cette année, avant que le coronavirus ne s’installe. Lorsque M. Trump a pris ses fonctions, il y avait 174 200 emplois, et ce chiffre est tombé à 171 800 en février, selon les statistiques du département du Travail.

Alors que la plupart des usines ont fermé leurs portes pendant environ huit semaines après le déclenchement de la pandémie de coronavirus, nombre d’entre elles sont de nouveau à presque pleine capacité, du moins pour le moment. En juillet, les chiffres les plus récents disponibles, il y avait 154 400 emplois dans la fabrication d’automobiles et de pièces au Michigan.

___

SOLDATS

BIDEN: «Soldats morts en Irak et en Afghanistan: 6922. … Décès de militaires par la COVID: 6114. Mes amis, chacune de ces vies comptait.» — Remarques à Warren, Michigan.

LES FAITS: Il est loin du nombre de décès dus au coronavirus au sein de l’armée américaine.

Selon le département de la Défense, seulement sept membres de l’armée sont morts de la COVID-19, y compris des réservistes et des membres de la Garde nationale.

Lorsqu’on lui a demandé d’expliquer l’écart, la campagne Biden a immédiatement reconnu que l’ancien vice-président s’était mal exprimé, citant accidentellement des chiffres dans ses notes pour les décès du Michigan.

___

SOINS DE SANTÉ

TRUMP: «Nous réduirons considérablement les primes d’assurance-maladie et les prix des médicaments sur ordonnance, les ramenant à des niveaux qui n’étaient pas envisageables!» — Sur Twitter.

LES FAITS: Soyons clair, aucune réduction massive et généralisée des prix des médicaments n’est prévue.

Les efforts annoncés en juillet par le président — comme autoriser l’importation de médicaments en provenance de pays où les prix sont inférieurs — prennent du temps à se déployer. Il reste à voir à quel point ils vont faire bouger les choses sur les prix.

L’importation de médicaments, par exemple, exige que des mesures réglementaires soient prises et que des chaînes d’approvisionnement soient établies, un défi de taille lorsque l’élection est dans deux mois.

M. Trump a pris des mesures pour réduire les coûts des patients pour certains médicaments, tels que l’insuline, mais ses mesures ont été moins ambitieuses que celles d’un projet de loi de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, une démocrate de la Californie, que la Chambre a adopté l’année dernière.

Les actions de la Maison-Blanche, bien que non négligeables, ne correspondent pas aux changements massifs dont M. Trump se vante.

Les attaques démocrates contre les efforts des républicains sur la question des soins de santé se sont avérées fructueuses à mi-mandat de 2018, lorsque les démocrates ont repris le contrôle de la Chambre.

Hope Yen, Tom Krisher et James Laporta, The Associated Press



Laisser un commentaire