Vickers éliminerait la part provinciale de l’intérêt sur la dette étudiante

FREDERICTON — Kevin Vickers a promis mardi qu’un gouvernement libéral cesserait de percevoir sa part de l’intérêt sur les prêts étudiants pour les résidents qui choisiraient de vivre au Nouveau-Brunswick après y avoir obtenu leur diplôme.

La mesure libérale ne s’appliquerait qu’aux prêts du gouvernement du Nouveau-Brunswick et les étudiants devraient payer les intérêts dus au gouvernement fédéral. L’élimination de la part provinciale des intérêts coûterait à la province environ 7 millions $ par année, a estimé M. Vickers mardi lors d’un arrêt de campagne à Moncton.

«Nous croyons qu’obtenir une éducation postsecondaire devrait ouvrir des portes, pas rendre la vie plus difficile», a déclaré M. Vickers. «Au lieu de s’inquiéter de dettes croissantes, nos diplômés devraient se concentrer sur la construction de leur vie ici même au Nouveau-Brunswick.»

De passage lui aussi à Moncton mardi, le chef progressiste-conservateur Blaine Higgs a promis de poursuivre les efforts de son gouvernement pour protéger l’environnement. Il a déclaré qu’il avait alloué 36 millions $ aux initiatives sur les changements climatiques dans le budget du printemps dernier.

Il a annoncé que son gouvernement élargirait la récupération et le recyclage du verre et imposerait des contrôles plus stricts sur les déversements illégaux. Un gouvernement conservateur éliminerait également, sur une période de quatre ans, les plastiques à usage unique. «Notre gouvernement s’est engagé à atteindre l’objectif à long terme d’interdire les sacs en plastique à usage unique et les bouteilles en plastique au Nouveau-Brunswick», a déclaré M. Higgs.

Internet haute vitesse

Le chef du Parti vert, David Coon, qui faisait campagne mardi dans le nord du Nouveau-Brunswick, a promis de créer un ministère des affaires rurales et du développement communautaire. Ce nouveau ministère serait chargé d’élaborer et de mettre en oeuvre une politique de développement régional, de soutenir la production d’énergie renouvelable et de protéger les terres agricoles, a-t-il précisé.

M. Coon a aussi souligné que la pandémie avait mis en évidence un problème flagrant d’accès à internet dans les régions rurales. Un gouvernement vert, a-t-il promis, donnerait aux fournisseurs jusqu’à un an pour offrir un accès haute vitesse à tous les citoyens et entreprises du Nouveau-Brunswick. Et si les fournisseurs ne le font pas, il a promis de créer une société d’État. «Le temps des demi-mesures est révolu», a déclaré M. Coon à Nigadoo.

Le chef de l’Alliance des gens, Kris Austin, a fait campagne dans la région de Sussex, où il a parlé de sécurité alimentaire. Il a déploré le fait que l’essentiel de ce que mangent les Néo-Brunswickois est importé — une dépendance qui a été mise en évidence par les étagères vides des épiceries au début de la pandémie, a-t-il soumis.

M. Austin croit qu’une partie de la solution consiste à accorder aux travailleurs étrangers temporaires le droit de s’installer de façon permanente dans la province.

Les élections provinciales au Nouveau-Brunswick auront lieu le lundi 14 septembre.

Laisser un commentaire
Les plus populaires