Vinnytsia: les recherches se poursuivent pour retrouver des survivants

KYIV, Ukraine — Des équipes de secours et des chiens renifleurs ont passé au peigne fin les débris dans une ville du centre de l’Ukraine vendredi, à la recherche de personnes toujours portées disparues après une frappe de missile russe qui a tué au moins 23 personnes la veille.

Pendant ce temps, les forces russes ont pilonné d’autres sites dans une poussée laborieuse pour arracher du territoire à l’Ukraine et tenter de meurtrir le moral inflexible de ses dirigeants, civils et troupes, après presque cinq mois de guerre.

Les frappes de missiles de croisière sur Vinnytsia lancées par un sous-marin russe jeudi ne sont que les plus récents incidents à faucher des vies civiles et à attiser l’indignation internationale depuis que le président Vladimir Poutine a lancé l’invasion le 24 février. La campagne se concentre désormais sur la région orientale du Donbass en Ukraine, mais les forces russes tirent également régulièrement sur des cibles dans de nombreuses régions du pays.

Le ministère ukrainien de l’Intérieur a affirmé vendredi que les forces russes avaient mené plus de 17 000 frappes contre des cibles civiles pendant la guerre, chassant des millions de personnes de chez elles, tuant des milliers de combattants et de civils, et matraquant l’économie mondiale en augmentant les prix et en bloquant les exportations des principaux produits ukrainiens et russes, comme les denrées alimentaires, le carburant et l’engrais.

Plus de 70 personnes ― dont quatre enfants ― demeuraient hospitalisées et 18 personnes étaient portées disparues après la frappe de jeudi, a déclaré Oleksandr Kutovyi, le porte-parole des services d’urgence de la région de Vinnytsia. Vendredi, les équipes de recherche se sont penchées sur deux sites – un immeuble de bureaux avec un centre médical à l’intérieur et une salle de concert près d’une zone de loisirs en plein air et d’un parc, où les mères avec enfants se promènent souvent.

Le gouverneur de Vinnytsia, Serhiy Borzov, a dit que seulement dix personnes parmi la vingtaine de personnes tuées avaient été identifiées jusqu’à présent.

«La Russie a délibérément frappé des civils et tous les responsables du crime doivent être traduits en justice», a-t-il lancé, dénonçant le «comportement barbare de la Russie qui bafoue le droit international humanitaire».

Kyrylo Timochenko, le chef adjoint du bureau du président, a révélé que trois missiles avaient été utilisés.

«Il n’y a pas de réponse à la question pourquoi hier, et pourquoi à Vinnytsia, a dit M. Timochenko. Nous nous attendons à chaque seconde et minute que cela puisse se produire dans n’importe quel coin de l’Ukraine.»

Après le silence initial après les frappes sur Vinnytsia, le ministère russe de la Défense a expliqué vendredi que ses forces avaient bombardé un club d’officiers – ce qu’était la salle de concert à l’époque soviétique.

Le porte-parole du ministère, le lieutenant-général Igor Konashenkov, a indiqué que les missiles de croisière Kalibr ont frappé alors que «cette installation militaire accueillait une réunion entre le commandement de l’armée de l’air ukrainienne et des représentants de fournisseurs d’armes étrangers». Il a ajouté que les participants à la réunion discutaient des fournitures potentielles d’avions de combat et d’armes ainsi que des travaux de réparation des avions ukrainiens.

«Les participants à la réunion ont été éliminés dans la frappe», a dit M. Konashenkov.

Ses allégations n’ont pas pu être vérifiées de manière indépendante. Les autorités ukrainiennes ont insisté sur le fait que le site n’avait rien à voir avec l’armée.

Dans l’ensemble, le bureau présidentiel ukrainien a détaillé vendredi matin que 26 civils avaient été tués et 190 autres blessés par des bombardements russes au cours des dernières 24 heures. Cela comprenait trois autres victimes dans la région de Donetsk qui, avec la ville voisine de Lougansk – presque totalement contrôlée par les forces russes – constitue la région élargie du Donbass.

«La situation dans la région de Donetsk s’aggrave chaque jour et les civils doivent partir parce que l’armée russe utilise des tactiques de la terre brûlée», a déclaré le gouverneur de Donetsk, Pavlo Kyrylenko. Il est apparu que les villes de Kramatorsk et Sloviansk étaient les prochaines en ligne pour les forces russes, mais il n’était pas du tout clair quand une telle poussée pourrait commencer sérieusement.

Ailleurs, les autorités de Mykolaïv ont déclaré qu’il y avait eu au moins dix explosions dans la ville du sud pendant la nuit, accusant les Russes d’avoir touché des universités. Vitaliy Kim, le chef de l’administration militaire de Mykolaïv, a publié sur les réseaux sociaux une vidéo de fumée s’élevant au-dessus des frappes.

Par ailleurs, l’agence de presse russe Tass, citant des séparatistes soutenus par la Russie, a rapporté vendredi que deux civils avaient été tués et six autres blessés après que les forces ukrainiennes aient apparemment bombardé un terminal de bus dans le quartier Voroshilovsky de la ville de Donetsk un jour plus tôt.

Vendredi également, Daria Morozova, la médiatrice des droits de l’homme pour les dirigeants séparatistes soutenus par Moscou à Donetsk, a annoncé qu’un «mercenaire» britannique était mort en captivité dimanche. Elle a dit que l’homme, qu’elle a identifié comme étant Paul Urey, était décédé de maladies chroniques et de stress.

«De notre côté, il a reçu l’assistance médicale nécessaire malgré les crimes graves qu’il a commis», a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Moi, ce qu’aimerais-je savoir, c’est qu’est-ce que ça va prendre, combien d’horreurs insupportables du genre de plus faudra-t-il, avant que qqn quelque part dise qu’c’en est assez, qu’ça suffit! ?

D’après ce qu’a-t-on pu entendre hier encore en effet émanant du président français, n’en serions-nous qu’au début*… ? / des temps durs (été + automne) s’amènent ? / ce sera plus dur encore imminemment, ça durera et faudra — (s’habituer à l’) — endurer, semble-t-il. *Ainsi donc, l’homme du Kremlin aurait-il raison de dire que « les choses sérieuses n’ont même pas encore débuté »…

Que sommes-nous, dites : l’humanité terrestre ou l’inhumanité terrestre ?

Pourquoi, au lieu de telle abdication-résignation passive, n’y a-t-il pas indignation collectactive?
Effarant.
J’avais vu, une minute avant, ailleurs, ce dernier compte rendu à propos de Vinnytsia justement
https://www.journaldequebec.com/2022/07/15/les-derniers-instants-dune-petite-ukrainienne-tuee-a-vinnytsia-1
Effarant.

Répondre

Eh bien, aurais-je donc, moi aussi, été « limogé » par le Président d’Ukraine (ou par son loyal proche environnement politique) ?

Depuis une semaine, en effet, en recevais-je, scrupuleusement, quotidiennement, systématiquement, week-end inclus, un compte rendu du jour. Or, aujourd’hui, niet! Rien.
Comme lui écrivais-je, en retour, se pourrait-il qu’aurais-je, moi aussi, dit qqch ‘inacceptable’?
Certainement.

À voir comme ç’« ‘avance’ », là… au chapitre de dissensions ouvertes, avec les uns et les autres, à l’externe comme à l’interne; on ne mettrait pas gros sur la probabilité qu’ç’ait pas carrément/complètement foiré d’ici l’automne.

Le ‘front’ semble éminemment plus uni d’l’aut’ bord. Le Poutine semble rester bien en selle, incontesté. Sans doute plus appréhendé qu’adulé, mais quand même. Ça roule. Ça rouble.

Côté Ukraine, suffit-il de voir la bisbille avec Canada en raison de la brèche ouverte à propos du « principe » de sanctions censément omnipotentes, universelles, totales et indéfectibles, promises sacrementellement par la ministre mondiale (canadienne) d’étouffement du régime russe.

Puis voit-on que le Président croit devoir limoger, déjà, à grands tours de bras autour de soi.
Oh la la. Ça va dans ‘cabane? On dirait pas.

Lorsqu’on pense à toute l’harmonie et cohésion que ne peut ne pas requérir une situation, au départ, d’aussi grande vulnérabilité qu’est celle d’Ukraine; quand ça se met, si tôt, à ‘craquer’ ici et là, de tous bords tous côtés, en d’dans, en dehors; ne pariez pas trop sur la « ‘victoire’ » [finale]; comme ne laissent de la réclamer, à cors et à cris, d’innombrables partisans ukrainiens, en Ukraine même, va de soi, mais à travers l’Occident notamment.

Voyez juste l’Amérique à Biden là-dedans. Faiblesse.** Ne fait rien pour ‘arranger’ ou atténuer les choses. Fait juste durer plus longtemps l’intenable. L’inacceptable. Le supplice, l’horrible horreur. À ses propres fins… Pas pour Ukraine. Ne fait qu’irriter, qu’indisposer Poutine; sans l’inciter le moindrement à ‘plier’.

Bref, paradoxalement, ce semble être là que l’État resterait le plus… fort : en Russie.
Car que dire du « ‘leadership’ » politique proche de nous ?
France, Royaume-Uni, États-Unis, Canada… : OÙ y a-t-il sain, sensé, fécond leadership?

** Non seulement ne voit-on guère où Biden va ou pourra-t-il tenter de « porter le monde »
nanti de la ‘puissance’ séculaire américaine
mais ne voit-on pas davantage s’il parviendra à ramener tant soit peu son propre peuple
à un semblant de raison rationnelle, au chapitre de ses propres moeurs et actions internes.
Quand une nation n’est plus capable de se trouver un leader digne de ce nom…
Biden n’en est pas un; la V.-P. n’en serait pas une non plus; et Trump… Misère !
C’est qu’on est rendus bien bas, bien loin, en la dégénérescence ou désagrégation
de tel peuple.

Répondre