Viol collectif en Égypte: les procureurs suspendent leur enquête

LE CAIRE — Des procureurs égyptiens ont annoncé tard mardi la suspension d’une enquête qui durait depuis plusieurs mois concernant le viol collectif dont aurait été victime une adolescente de 17 ans aux mains de jeunes hommes provenant de familles bien nanties.

Ils ont ordonné la libération de tous les suspects, faute de preuves.

La très conservatrice société égyptienne avait été choquée par cette affaire, qui avait été dévoilée l’an dernier sur un compte de réseau social qui recense les agressions sexuelles présumées au pays.

Les procureurs ont expliqué par voie de communiqué que les preuves récoltées pendant neuf mois d’enquête ne sont pas suffisantes pour soumettre le dossier à un tribunal criminel. Des témoins auraient notamment offert des versions contradictoires.

Les procureurs ont ordonné la libération des quatre suspects, qui avaient été arrêtés l’an dernier et incarcérés en attendant la conclusion de l’enquête. Trois d’entre eux avaient été arrêtés au Liban et déportés vers le Caire l’an dernier.

Les procureurs ont indiqué qu’ils pourraient relancer l’enquête si de nouveaux éléments font surface.

Le présumé viol collectif aurait été perpétré par de jeunes hommes provenant de familles riches et puissantes. Ils auraient drogué leur jeune victime dans un hôtel luxueux du Caire, avant de la violer à tour de rôle.

L’affaire a éclaté au grand jour l’été dernier, quand une nouvelle vague de la campagne #moiaussi a déferlé sur les réseaux sociaux égyptiens.

Des témoins potentiels du viol présumé et des proches des suspects ont été arrêtés quand des images privées et explicites, apparemment tournées avec leurs téléphones portables, ont commencé à circuler par le biais d’applications de messagerie. Certains ont ensuite été libérés.

L’enquête dans cette affaire a permis de découvrir un autre viol collectif présumé qui aurait été commis dans une station balnéaire de la Méditerranée. Trois suspects sont maintenant dans la mire de la justice criminelle.

Laisser un commentaire